Bélarus blog culture et poésie

Bélarus culturel et créatif. Poésie et projets culturels

 
  • Accueil
  • > Recherche : journal intime

Poètes biélorusses nus 26 juin, 2009

Classé dans : Presse — julienovik @ 15:07

Les hommes littéraires biélorusses ont toujours voulu déshabiller l’un l’autre ou se déshabiller. Le premier à réaliser cette idée a été le rédacteur de l’almanach littéraire et artistique « Caloss’e » Ales Arkush. En 2007 dans son journal intime il a proposé à dix écrivaines biélorusses de se déshabiller pour la galerie de photos dans l’almanach et ainsi sensibiliser l’opinion publique à la poésie et prose biélorusse.Stsyeburaka

L’idée de déshabiller les écrivaines pour promouvoir la littérature a eu de répercussions vives. La plupart des hommes ont appuyé l’opinion d’Arkush mais les défenseurs de droits de femmes l’ont presque baptisé chauviniste. Le temps passait mais l’idée ne disparaissait pas. Enfin deux ans après cette proposition d’Ales Arkush il est apparu le projet commun pour la revue pARTisan en réalisation par les photographes Andrei Chtshukin, Dzyanis Nyadzelski et autres – le calendrier « éternel » d’écrivains biélorusses nus. Pour cette fois ce n’étaient que des hommes. On a nommé le calendrier « La fin des mots », il sera en vente dans les librairies de Bélarus.Anatol Ivachtchanka

« La fin des mots » est à interpréter de différente manière -comme l’épuisement de l’acte de création, la perspective d’un nouveau texte ou une déclaration non-verbale d’un écrivain. «C’est pour cela qu’il y a de la place aux culs nus, et aux textes (en lettres et en images), et à leur contexte général – l’espace où les mots apparaissent dans les têtes ».

 

 

 
  • Accueil
  • > Recherche : journal intime

14 décembre, 2008

Classé dans : Réflexions — julienovik @ 18:36

Pour composer un poème il faut être calme et réfléchi ou totalement excité.

Pour tenir un journal intime il suffit d’être vivant.

 

 

 
  • Accueil
  • > Recherche : journal intime

Stylo et ordinateur: journal intime 3 novembre, 2008

Classé dans : Réflexions — julienovik @ 11:46

Ayant lu presque la moitié du l’Egoiste romantique je viens de remarquer aujourd’hui que je suis le même chemin. Non, pas du tout le chemin du gars brillant qui séduit plus de filles qu’il lui faut pour oublier une seule. Mais c’est aussi l’idée du journal intime; de même que le blog du héécrireros de Californication. Un hasard? Ou une suite d’événements logique?

Je me suis également aperçu que j’ai du mal à écrire sur le papier. Ecrire en tant que créer des choses de prose. Les poèmes au contraire apparaissent de maniere naturelle et nécessitent pas mal du temps pour devenir lisibles vu mon écriture impossible.

On a toujours le désir de noter des aphorismes qui ont plu et des mots inconnus qui semblent utiles. Mais jamais fait cela pour ne pas échapper au moment d’intimité entre le lecteur et l’auteur. Il faut pour cela un silence absolu et une sorte de préparatoire mental. J’y reviendrais après avec un stylo et Lingvo ouvert pour faire du boulot linguistique nécessaire pour l’évolution du language.Mais le plaisir au tout premier lieu..

N.B. ce journal intime est à la fois une source d’actualité biélorusse traduite en français.
Je vous invite aussi sur mon autre blog des interviews culturelles ! bonne visite!

 

 

 
 

Amelie Lallement |
BAZAR D'histoires.. |
le club lecture |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Asenflul d uswingem
| princessefaroseskyblog
| Médiatheque Clémence Isaure