Bélarus blog culture et poésie

Bélarus culturel et créatif. Poésie et projets culturels

 

Poèmes de rue: cycle continue 4 décembre, 2008

Classé dans : Poésie — julienovik @ 16:36

Чорныя фігуркі зліваюцца ў адну. Des silhouettes noires se réunissent en une.

Раніца. Matin.

Чорныя вочы ўсміхаюцца за спінай. Les yeux noirs sourient derrière mon dos.

Дзень. Jour.
Агні падзялілі натоўп. Les feux ont divisé la foule.
Вечар. Soir.
Ночы няма.  La nuit, il n’y en a pas.

 

 

Les yeux: mon premier vers en français 3 décembre, 2008

Classé dans : Poésie — julienovik @ 17:42

Les yeux

La folie qui allume tes yeux—

J’en ai peur.

Un éclair immobile dans tes yeux—

La douleur.

La colère a bouilli dans tes yeux—

Quelle horreur.

Et la nuit qui embrase tes yeux,

Serre le coeur.

 

Les éclats des étoiles dans tes yeux—

A ras de bords.

Le soleil s’est perdu dans tes yeux—

Il y dort.

Il fait chaud dans le fond de tes yeux—

C’est de l’or.

L’espoir d’un enfant dans tes yeux

Fend le corps.

 

Hors du temps, des raisons, des frontières

Ils regardent.

Doux comme l’eau, ils sont durs comme des pierres—

Prenez garde.

Ils révèlent des ondes dans l’air—

Je m’attarde.

Ils réflètent la vie à l’envers—

Je me hasarde.

 

Envahie par tes yeux, par ton âme,

Je balance dans l’amour, sur une lame.

 

 

un poème naif et vieux on dirait une chansonnette

Classé dans : Poésie — julienovik @ 17:40

Je souris à ceux qui rient

Je me cache de ceux qui lachent

Mais la vie est monotone

Sur un vieux tapis d’automne.

 

Puis je roule dans une foule

Il s’avère que c’est une mer

Mais la vie est monotone

Sur un vieux tapis d’automne.

 

Je me jette à la fourchette

Je m’inscris aux librairies

Mais la vie est monotone

Sur un vieux tapis d’automne.

 

Puis je chasse le temps qui passe

Je maquille les yeux qui brillent

Pour une danse non monotone

Sur un vieux tapis d’automne.

 

 

 

contester Evene 2 décembre, 2008

Classé dans : Critique livres — julienovik @ 12:26

Lu les critiques et les avis sur le site d’Evene, surtout concernant Beigbeder et Anna Gavalda. En désespoir que mon opinion sur Egoiste romantique est loin d’être le même, on dirait le contraire. Je sais pas pourquoi, peut-être c’est que ma pensée laisse des moments trop chiants de ce livre pour capter de belles tournures et des réflexions qui me sont proches.
Les citations du jour:

« Il n’y a rien de plus laid qu’un homme qui se trouve beau »

« Nous sommes fous d’éterniser les sentiments: ils sont aussi passagers que nous ».

« … elle me serre la main avec une politesse que je prend pour une possiblilité »

Je n’ai pas fini la lecture. Si on ne fait bcp attention à une multitude de noms et de réalités qui me sont inconnues, ça peut aller. Même si les confessions et l’attitude aux femmes sont parfois agaçantes, je lis avec plaisir. Et vous?

M.Beigbeder ne lirait jamais ce blog et si même on admet le contraire, il ne laisserait pas de commentaires, je pense. Mais en tout cas je continue à explorer ses oeuvres.

 

 

 

Crise financière et la culture 1 décembre, 2008

Classé dans : Réflexions — julienovik @ 17:26

Lors du travail et dans la vie quotidienne je me suis persuadée que le mot le plus souvent utilisé actuellement c’est la crise financière. Elle est la cause de tous les malheurs existants et fantasmés, il semble.  Donc j’ai eu l’idée d’établir un lien entre la culture et la crise.

On peut supposer que l’intérêt aux livres et la lecture reviendra vue le désir de réduire les dépenses personnelles. J’imagine la situation quand les familles entières se précipitent dans les bibliothéques. Mais en France il existe des prêts payants, comme je me rappelle? Au Bélarus on peut s’en passer.

D’autre côté l’angoisse totale ne conduit obligatoirement à lire des contes avec une fin heureuse.  Les gens licenciés ou occupés par les chutes à la bourse oublieraient à longtemps des distractions culturelles tels que le théâtre et la lecture par exemple.

Certes, la crise est une grave chose, qui détruit des belles pensées et de bonnes traditions (des cadeaux à tout le monde par exemple). Dans le prochain avenir, si tout se passe bien et le monde se débrouillera tout seul, sans l’aide extra-terrestre, on verra projeter des milliers de films tragiques sur les ménages et les solitaires qui n’ont pas su survivre la crise. Je prédis l’apparition de toute une génération littéraire: après la guerre, pardon, après la crise.

Soyons patients et sages.

 

 

fin semaine 28 novembre, 2008

Classé dans : Réflexions — julienovik @ 17:59

Rien ne s’est passé de spécial depuis hier. Juste je suis en train de décider quel livre acheter pour lire et soumettre ensuite à la critique=)). C’est pour ça que le sondage a apparu.

Bon week end à tous!

 

 

début décembre anti-sida 27 novembre, 2008

Classé dans : Films — julienovik @ 15:59

A l’université biélorusse d’Etat le lecteur DAAD André Boehm a entamé une bonne tradition de projeter un film moderne en allemand toutes les deux semaines. En version intégrale bien sûr. La salle est toujours pleine.

Hier c’était « Fickende Fische », une histoire d’amour entre ados mais aussi une vie du jeune qui a attrapé le HIV . Son paradis est un monde sous-marin. Une fille qui entre dans son monde change tout en commençant par le papier peint. Elle aussi a une vie pas en rose vue que sa mère vit à Kenia et la nouvelle femme de son père va avoir un enfant.

Ils sont faits l’un pour l’autre et ne s’ennuient jamais ensemble. Pourtant la vérité sur la maladie du garçon n’est révélée que quand le conflit est arrivé. Cela ne change rien. On apprécie chaque moment de la vie ensemble. Aussi pour aller ensemble découvrir le monde sous-marin dans une voiture avec les cendres du grand-père décédé…

 

 

 

Fini Amour qui dure 3 ans 26 novembre, 2008

Classé dans : Critique livres — julienovik @ 9:53

Hier j’ai fini la lecture d’un des livres de Beigbeder, « L’amour dure trois ans ». J’ai eu tort d’avoir interrompu la lecture pour un temps bien long rempli par d’autres livres surtout Egoiste romantique. C’est ici que serait cacheé la raison que j’ai rien senti dans la fin.photo wikipedia
Ces pages peu nombreuses qui me restaient contiennent pas mal de belles tournures, une histoire d’égoïsme et d’amour avec des découvertes simples et peu épatantes.
Je suis (du mot suivre) l’oeuvre de Beigbeder à l’inverse: dès le dernier livre apparu Au secours pardon que j’ai lu au début de l’année en cours donc c’est bizarre de voir les manières de s’esprimer s’acharner et la tention du récit augmenter.

 

 

Le projet « Vyavy » (Images): idée générale 24 novembre, 2008

Classé dans : Evénements,Groupe de promotion culturelle VU/ВЮ — julienovik @ 14:07

Le projet « Vyavy » (Images) est une action non-lucrative. Les coordianteurs du prjoet vont essayer de convaincre le public que les poètes ne se limitent pas à écrire des poèmes: ils interviennent aussi comme compositeurs et chanteurs, organisent des expositions de photos, filment des sujets, présentent des performances et aspirent à une réalisation plus profonde de leur potentiel créatif. Les participants du projet « Vyavy » se positionnent comme des littérateurs alternatifs aussi bien que des créateurs d’une nouvelle trempe. Ils sont prêts à réaliser des expériences esthétiques, de prouver que la littérature biélorusse moderne est actuelle et promettante. Plusieurs participants du projet pratiquent la synthèse de différents types de la création ce qui s’avère actuellement la stratégie la plus viable vu la fatigue de toute l’Europe par la culture.

Nous affirmons que notre culture est ouverte et invitons tous les représentants de la culure contemporaine à collaborer.

Vika Trenas

6 снежня 2008 года адбудзецца прэзентацыя некамерцыйнага праекта “Выявы”, які мае на мэце прадставіць адразу некалькі кірункаў развіцця найноўшай беларускай культуры: літаратурны, музычны і візуальны. Каардынатары праекта, маладыя пісьменніцы Юлія НОВІК і Віка ТРЭНАС, пры падтрымцы знаных музыкаў Юрыя НЕСЦЯРЭНКІ і Алеся КАМОЦКАГА паспрабуюць пераканаць шаноўную публіку ў тым, што паэты ўмеюць не толькі пісаць вершы: яны выступаюць як кампазітары і спевакі, яны праводзяць фотавыставы, здымаюць відэасюжэты, паказваюць перфомансы і ўвогуле імкнуцца да найбольш поўнай рэалізацыі свайго творчага патэнцыялу. Удзельнікі “Выяваў” пазіцыянуюць сябе як альтэрнатыўных літаратараў, як творцаў новай фармацыі. Яны гатовыя на смелыя эстэтычныя штукарствы, яны здатныя даказаць актуальнасць найноўшай беларускай літаратуры і яе перспектыўнасць. Многія ўдзельнікі “Выяваў” практыкуюць сінтэз розных відаў творчай дзейнасці, што з’яўляецца на цяперашні момант найбольш жыццяздольнай стратэгіяй развіцця ва ўмовах агульнаеўрапейскай стомленасці культурай.
Адмыслова для прэзентацыі будзе падрыхтаваны самвыдатаўскі мультымедыйны дыск пад назвай “Выявы-2008: Анталогія найноўшай беларускай літаратуры”, куды ўвойдуць літаратурныя, музычныя творы і відэаматэрыялы выступоўцаў. Некамерцыйны літаратурна-мастацкі праект “Выявы” задумваецца як доўгатэрміновы: арганізатары плануюць штогадовае правядзенне культурных акцый з удзелам новых аўтараў і выданне адмыслова для гэтых мерапрыемстваў мультымедыйнага дыску. Мы сцвярджаем адкрытасць нашага праекта і запрашаем да супрацоўніцтва прадстаўнікоў найноўшай культуры.

Віка Трэнас

 

 

Coordinateurs du projet « Vyavy » (Images)

Classé dans : Biographie,Groupe de promotion culturelle VU/ВЮ — julienovik @ 14:05

Каардынатары “Выяваў” – Юлія Новік і Віка Трэнас.

Les coordinateurs du projet « Images » (« Vyavy ») : Julie Novik et Vika Trenas
Юлія Новік http://julienovik.unblog.fr/ нарадзілася ў 1985 годзе ў Салігорску. У 2008 годзе скончыла МДЛУ (факультэт міжкультурных камунікацый). Друкавалася ў часопісах “Маладосць”, “Полымя”, газеце “Літаратура і мастацтва”, у калектыўным зборніку “Свет для дваіх”. Аўтар кнігі вершаў “Сонца за тэрыконамі” (2007). Прыхільніца актуальнага мастацтва і эксперыментаў у паэзіі. Піша і на французскай мове.

Julie Novik est née en 1985 à Soligorsk, région de Minsk. En 2008 terminé l’Université linguistique de Minsk, faculté de communications interculturelles. Elle a fait publier ses oeuvres dans les revues « Maladosts », « Polymja », journal « Litaratura i mastatstva », recueil colectif « Svet na dvaih ». L’auteur du recueil de poèmes « Sontsa za terykonami » (2007). Amateur de l’art moderne et des expériences poétiques. Ecrit aussi en français.

Віка Трэнас (Вікторыя Ляйкоўская) нарадзілася ў 1984 г. у Мінску. Скончыла філалагічны факультэт БДУ, вывучала філасофію і літаратуру ў Беларускім Калегіуме. Цяпер працуе рэдактарам аддзела паэзіі часопіса “Маладосць”. Піша на беларускай і рускай мовах. З вершамі, эсэістыкай, літаратурнай крытыкай выступае ў перыёдыцы з 2000 г. З’яўляецца літаратурным аглядальнікам інтэрнет-выдання “Новая Еўропа”, супрацоўнічае з часопісамі “Паміж”, “pARTisan”, “Тэксты”. Аўтар паэтычных кніг “Цуд канфіскаванага дзяцінства” (2005), « Экзістэнцыйны пейзаж » (2008). Творы перакладаліся на рускую, нямецкую, балгарскую і шведскую мовы.

Vika Trenas (Victoria Leikovskaya) est née en 1984 à Minsk. Dimplômée de la faculté de belles-lettres de l’Université d’Etat, elle a étudié aussi la philosophie et la littérature au Collegium Biélorusse. Actuellement elle est rédacteur en poésie de la revue littéraire “Maladost’”. Elle écrit en biélorusse et en russe. Elle intervient dans les médias dès 2000 avec des poèmes, essais, critique littéraire. Elle est aussi commentateur littéraire de l’internet-édition “Novaya Europa (Nouvelle Europe)”, et collabore avec les revues “Pamish”, “pARTisan”, “Teksty”. L’auteur des livres poétiques “Le miracle de l’enfance confisquée” (2005), “Paysage existentiel” (2008). Ses oeuvres ont été traduites en russe, allemand, bulgare, français et suédois.

 

1...1617181920...23
 
 

Amelie Lallement |
BAZAR D'histoires.. |
le club lecture |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Asenflul d uswingem
| princessefaroseskyblog
| Médiatheque Clémence Isaure