Bélarus blog culture et poésie

Bélarus culturel et créatif. Poésie et projets culturels

 

Humeur et miroir 31 octobre, 2008

Classé dans : Réflexions — julienovik @ 16:47

Un homme d’humeur et une femme-miroir… Impossible de prédire l’évolution. Jamais voulu mais attendu.

Une dépendance absolue pour un temps limité. Changement aux mille facettes. 

 

 

voyage extraordinaire 28 octobre, 2008

Classé dans : Réflexions — julienovik @ 18:17

         Je met ici encore un texte bizarre plein de mots étranges que je rédige chaque année en participant mais jamais gagnant le concours français de 10 mots…

 

  Jamais vécu, jamais pensé…

Là on comprend que le Vrai existe. Lancé dans l’éternité, on se réjouit du fait qu’on peut vivre là où rien n’est soumis au rythme fou de notre époque, rythme imposé.

Le coeur apprend à se battre autrement.

Ce n’est pas le froid qui fige, mais la sérénité qui fait obéir. La complexité des paysages monotones relève des variations internes.

On est blessé par la neige, par la glace dont le miroir n’accepte point de mensonge.

L’âme serait aveuglément blanc, réflété dans la plénitude des cristaux.

Les monts de neige s’étendent dans leur pouvoir énorme à ondelettes, à vagues, à tourbillons arrêtés pour toujours par une force magique.

Le soleil c’est une sorte d’icône et on fait des prières à son rayonnement pour ne pas laisser pénétrer la solitude glacée au fond de son coeur.

Les problèmes n’existent plus, les pensées sont fraîches et claires.

 C’est affreux d’être soi-même mais c’est un bonneur étonnant de pouvoir trouver le Sens dans ce monde infini de glace, de neige, de gèle.

Pôle Nord…

Un rêve.minsk en neige

 

 

attendre

Classé dans : Réflexions — julienovik @ 14:17

Les heures font des jours… Quand on attend toute la vie et que rien n’advient qu’est-ce qu’on devient alors ? Une momie mentale ? Un zombi qui suit les sentiers battus pour y trouver les traces du bonheur ? Ou la possibilité du bonheur. Ou l’impossibilité.

Mais il se peut qu’on reaprenne à réfléchir, à bien voir les choses.

Celui qui ne vient, ne reste pas. Celui qui ne reste pas ne quitte pas. Et ainsi de suite.

81723.jpg

 

 

Chambre 21 octobre, 2008

Classé dans : Réflexions — julienovik @ 16:57

38309.jpgAh… si on pouvait aimer ça… Une solitude jubilatoire qui tape sur les épaules, marche à tatons dans votre chambre, chuchotte avec vos amis. La solitude comme le manque de décisions.

Tout culturel tombant dans les mains devient un objet à osculter, à traduire dans la langue de sa personnalité, à dévorer et à digester. Un tamis d’idées.

Il en est de même pour cette chambre. Un tamis de visages. Nathalie qui sacrifie ses nuits pour être supersavante en matière de films indiens. Enfuie sous la lumière du jour. Diana, plus belle qu’elle le voulait, obligée de correspondre aux idéaux de la mode française. Réfugiée dans un endroit sans luxe ni electricité. Cécile ne sachant où donner sa tête change d’opinions et de robes. Disparue en mission bénévole en Afrique pour chercher ses rhizomes. Enfin André, le cousin de tout le monde. Retourné toujours avec des amis des amis de tous les coins.

Seule la Chambre est restée réelle, persistante, odorée par la cuisine à côté, inondée par des idées et de l’eau provenant de la salle de bain et réveillée par des concerts quasiafricains des gars voisins. Des thermomètres dont le nombre variait selon la saison de travaux de contrôle et qui disparaissaient dans la direction dite « pas vu pas pris ». Des disques servant de support quand on s’attablait. Un mélange exaspérant de retardateurs et de couche-tard. Une palabre à tuer et des passerelles à établir entre l’Autre qui devient un des Siens et Toi, un des « vieux ».

C’est la Chambre-boussole qui apprivoise des cultures et des subcultures en leur offrant le lieu sacré de la Rencontre et l’adaptation des moeurs et des habitudes. Elle se réveille au-dessous de la carte de la France, prend un thé dans une tasse anglaise et mange avec des « bâtonnets chinois ». Elle a du tact et de l’ingéniosité pour consoler et encourager. Elle rencontre et accueille. Elle aime…

 

123
 
 

Amelie Lallement |
BAZAR D'histoires.. |
le club lecture |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Asenflul d uswingem
| princessefaroseskyblog
| Médiatheque Clémence Isaure