Bélarus blog culture et poésie

Bélarus culturel et créatif. Poésie et projets culturels

 

Après 8 décembre, 2008

Classé dans : Poésie — julienovik @ 15:04

Le disque de nuits blanches–

Encore et encore, sans relâche.

De la poésie dans le sang.

On est devenu important.

 

 

Poèmes de rue: cycle continue 4 décembre, 2008

Classé dans : Poésie — julienovik @ 16:36

Чорныя фігуркі зліваюцца ў адну. Des silhouettes noires se réunissent en une.

Раніца. Matin.

Чорныя вочы ўсміхаюцца за спінай. Les yeux noirs sourient derrière mon dos.

Дзень. Jour.
Агні падзялілі натоўп. Les feux ont divisé la foule.
Вечар. Soir.
Ночы няма.  La nuit, il n’y en a pas.

 

 

Les yeux: mon premier vers en français 3 décembre, 2008

Classé dans : Poésie — julienovik @ 17:42

Les yeux

La folie qui allume tes yeux—

J’en ai peur.

Un éclair immobile dans tes yeux—

La douleur.

La colère a bouilli dans tes yeux—

Quelle horreur.

Et la nuit qui embrase tes yeux,

Serre le coeur.

 

Les éclats des étoiles dans tes yeux—

A ras de bords.

Le soleil s’est perdu dans tes yeux—

Il y dort.

Il fait chaud dans le fond de tes yeux—

C’est de l’or.

L’espoir d’un enfant dans tes yeux

Fend le corps.

 

Hors du temps, des raisons, des frontières

Ils regardent.

Doux comme l’eau, ils sont durs comme des pierres—

Prenez garde.

Ils révèlent des ondes dans l’air—

Je m’attarde.

Ils réflètent la vie à l’envers—

Je me hasarde.

 

Envahie par tes yeux, par ton âme,

Je balance dans l’amour, sur une lame.

 

 

un poème naif et vieux on dirait une chansonnette

Classé dans : Poésie — julienovik @ 17:40

Je souris à ceux qui rient

Je me cache de ceux qui lachent

Mais la vie est monotone

Sur un vieux tapis d’automne.

 

Puis je roule dans une foule

Il s’avère que c’est une mer

Mais la vie est monotone

Sur un vieux tapis d’automne.

 

Je me jette à la fourchette

Je m’inscris aux librairies

Mais la vie est monotone

Sur un vieux tapis d’automne.

 

Puis je chasse le temps qui passe

Je maquille les yeux qui brillent

Pour une danse non monotone

Sur un vieux tapis d’automne.

 

 

 

Automne au sourire errant 20 novembre, 2008

Classé dans : Poésie — julienovik @ 9:06

Toi, automne au sourire errant, Ты–восень з блукаючай усмешкай.

Si heureux, tu es souple et claire. Калі ты шчаслівы, ты гнуткі і светлы.
Je t’envie car je n’ai plus rien  Я табе зайздрошчу, таму што мне не застаецца нічога, апроч таго, як

Que de vivre sous ton éclair. Жыць пад святлом тваей маланкі.

 

 

La neige 19 novembre, 2008

Classé dans : Poésie — julienovik @ 17:46

La neige fait de la lumière…

Лістапад сышоў у метро,  La chute de feuilles habite maintenent le métro

Каб дарогу вызваліць снегу. Pour laisser la place à la neige

 

 

 

 

clé 13 novembre, 2008

Classé dans : Poésie — julienovik @ 17:43

T’as pas la clé de mon cafard?

De mon hasard instantané?

Je l’ai perdue pour prendre part,

Pour faire la vie et être née.

T’as  pas la clé de ma passion?

 

 

 

Celle qui vous aimera… 30 octobre, 2008

Classé dans : Poésie — julienovik @ 10:33

***

Celle qui vous aimera sera heureuse.

Des fossés de larmes qu’elle se creuse

Abriteront ses tout premiers regrets

Pour en faire des fleurs de joie après.

Celle que vous aimerez sera tranquille.

Votre amour pour elle sera une île

Où cacher ses ailes abîmées.

Mais elle ne vous le dira jamais.

Celle que vous aimerez saura un jour

Détruire des mots et des figures

Qui vous accompagnent en balbutiant.

Elle saura reprendre son beau temps.

Là où ces deux filles se croiseront,

On fera dresser un beau salon,

Exposer de très magiques peintures,

Enlever des chaînes et des ceintures

Et offrir la liberté à votre âme.

Elle aussi d’ailleurs est une dame…

 

 

Némiga 27 octobre, 2008

Classé dans : Poésie — julienovik @ 17:25

Némiga—

Un regain de proximité

Entre nos univers et cités.

On semble être scanné

Des pieds jusqu’au nez

Par des mouettes—

Chouette !

Par des passants accrochés aux bordures,

Par des canards

Chargés de nourriture.s5001864.jpg

« Le monde a beau être grand »

 

 

Peut-être que tu vas m’aider…

Classé dans : Poésie — julienovik @ 17:19

10731072107310831079.jpg

***

Peux être que tu vas m’aider !

Je t’appellerai dans un mois

Pour mettre en ordre mes idées

Qui n’ont de sens que pour moi.

Je suis la route de mon destin

Bordée de rêves silencieux !

Chaqun qui va, chaqun qui vient

Me laisse le ton de son adieu.

Les noms faisant des fils entiers,

Les têtes… on peut en mettre tant !

La route devient un petit sentier.

Pas de reproches au monde qui ment.

Je t’appellerai je sais pas quand

Pour mettre en ordre mes idées

Pressées par le fardeau du temps.

Peux être que tu vas m’aider …

 

12
 
 

Amelie Lallement |
BAZAR D'histoires.. |
le club lecture |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Asenflul d uswingem
| princessefaroseskyblog
| Médiatheque Clémence Isaure