Bélarus blog culture et poésie

Bélarus culturel et créatif. Poésie et projets culturels

 

10 ans pour une communauté culturelle c’est long? 7 décembre, 2012

Classé dans : "Faubourg littéraire",Amis — julienovik @ 14:50

Aujourd’hui on fête 10 ans du Faubourg Littéraire, une communauté culturelle biélorussophone qui a ses traditions, ses histoires, ses évènements clé et même un prix anti-glamour

faubourg littéraire bélarus

Une question aux lecteurs francophones – est-ce que cela existe chez vous, un phénomène pareil?

J’esquisse ce que c’est ici:

une réunion volontaire non commerciale, non engagée des jeunes (et pas jeunes) écrivains (professionnels ou par vocation) qui partagent leurs oeuvres (lecture publique), critiquent (une réunion régulière dédiée aux oeuvres d’un participant), inventent des sorties particulières, ont certains endroits pour ce voir (rédactions, musées, bibliothèques), publient des recueils collectifs (le dernier sera présenté aujourd’hui, le 7 décembre), mais restent des individuels créatifs indépendants.

 

 

 

Ляльнік з Прадмесцем, літаратурны вечар 20 avril, 2010

Classé dans : "Faubourg littéraire",Agenda des soirées,Amis — julienovik @ 8:55

22 красавiка ў Музеi сучаснага мастацтва -
« Ляльнiк з Прадмесцем »

Запрашаем на паэтычна-музычнае веснавое свята суполкi « Лiтаратурнае прадмесце ».
Пачатак а 17.00. УВАХОД ВОЛЬНЫ

Удзельнiчаюць:

Кiраўнiк суполкi Людмiла Рублеўская
Вiка Трэнас
Алёна Беланожка
Мiкола Кандратаў
Маргарыта Аляшкевiч
Рагнед Малахоўскi
Адам Шостак
Юлiя Новiк
Алесь Емельянаў
Усевалад Гарачка
Таццяна Пратасевiч
Юрась Нераток
Юрась Шышко
Наста Грышчук
Таццяна Барысюк і інш.
А таксама сiмулякр суполкi, паэтка Рагнеда Крышталюк i яе сябра Iнька (Янька).
Адрас музея: пл. Незалежнасці, 47 (каля пл. Я. Коласа)

(Ляльнік – народнае веснавое свята ў гонар багіні Лялі)

 

 

Blakitny Svin revient! 4 février, 2009

Classé dans : "Faubourg littéraire",Evénements — julienovik @ 12:36

Je présente mes excuses pour avoir rien écrit pendant longtemps… trop de travail…Mais enfin un événement a passé qu’on ne peut pas passer sous silence.

Le prix littéraire anti-glamour dont j’ai parlé une fois, « Blakitny Svin » a été remis! Dans le café London, comme d’habitude. Le 1 février, dans une atmosphère conviviale et drôle.

Mikshostak.jpgola Kandratau a reçu le premier diplôme avec 100 oeufs de caille! Ces oeufs ont été exposés dans de petites boîtes mais on a commencé à éprouver leur résistance en frappant un oeuf contre un autre, une tradition de Pâques. Il y a eu des volontaires qui ont goûté des oeufs.alena.jpgoeufs.jpg

On a lu des histoires amusantes qui entrent dans la mythologie de Blakitny Svin et sont exposées en biélorusse sur le blog de Ludmila Rubleuskaya. On a fait des choses aussi drôles par exemple Alena Balanozhka a voulu couper une partie de Blakitny Svin (du lard quand même!), Adam Shostak l’a soutenue dans cette action. Pas de panique, Svin est restésain et sauf, mais les photos sont bien intéressantes=))

Onbocal.jpg a bu du vin français et écouté Edith Piaf (cela n’était pas prévu, simplement la musique du café).

Cette fois-ci le vote qu’on a eu pour découvrir qui reçoit le diplôme, a été ouverte. Il a eu lieu sur internet, mais aussi pendant la soirée de Noel de Musams. trenas.jpg

La deuxième place a été attribuée à Vika Trenas, la troisième — à Seva Garachka qui n’était pas présent mais Blakitny Svin trouve tous les lauréats même s’ils ne le veulent pas!

On a lu des poèmes, et même essayé d’écrire un poème commun. On a essayé aussi d’interroger l’avenir avec des livres qui se trouvaient sur l’étagère du café ( et qui changent d’ailleurs). Mais le livre choisi, celui de la série « Je découvre le monde » était consacré à la criminalistique donc les prédictions étaient un peu spécifiques… svin2009.jpg

Uprototype.jpgn invité à part qui est venu pour la première fois — le poète Viktar Slinko.

Au total tous sont restés contents surtout Ganna Fédaruk qui a pris avec elle le prototype de Blakitny Svin — un jouet aux dimensions pas petites, qui a couronné la table du café avec l’air majestueux. tous.jpg

Je dévoile un petit secret : on a en train de préparer une exposition de la bande déssinée sur les histoires de Blakitny Svin. Elle serait présentée à la soirée La France au coeur du Bélarus.

©Photos de Julie Novik

L’interview avec Ludmila Rubleuskaya 

 

 

Musams, hobbits… enchères littéraires 15 janvier, 2009

Classé dans : "Faubourg littéraire" — julienovik @ 18:11

Le 14 janvier le « Faubourg littéraire » et son chef Ludmila Rubleuskaya ont organisé une soirée entre le monde sous-terraine et terrestre.. c’est-à-dire on a invité tout le monde venu dans le musée Bogdanovitch, chez les hobbits.

C’était une soirée très musicale et dynamique, plusieurs participants au club littéraire sont venus pour lire des poèmes, jouer des chansons mais aussi proposer aux enchères leurs musams: cadeaux dont on n’a pas besoin. Au début on a distribué à tous les devises: simoulyakryky. Suite à certains devoirs et concours les invités ont su augmenter leur quantité: on a demandé par exemple de dessiner le projet du diplôme pour le prix Blakitny Svin qui sera bientôt délivré. C’est le prix anti-glamour dont j’ai déjà parlé et le vote a aussi eu lieu ce soir.

Donc les objets offerts n’étaient pas très inutiles: une tasse avec l’image de Mirsky zamak par Mikola Kandratau, un tableau d’un peintre inconnu par Tatsyana Pratasevitch, un téléphone mobile (!) un peu problématique avec la charge de batteries par Ragned Malahouski, un calendrier en biélorusse et un disque de musique par Julie Novik, un chat -jouet par Alena Haruk, un agenda qui a les yeux par Vika Trenas, un kit de grenouilles pour le bain par Aksana Spryntchan, un jouet bébé qu’on peut remplir de liquide par Yarash Malisheuski, un outil technique dont je ne rappelle le nom par Seva Garatchrka qui travaille dans une usine, un monument d’aurochs fondu qui ressemble à un zmok (aussi symbole du Faubourg littéraire) par Ludmila Rubleuskaya, un livre, premier exemplaire par Viktar Shnip, un flicker par Alena Alena Belanozka (Magolina)Belanozka… Valyaryna Kustava a offert même sa bague de fiançailles et un dictionnaire sexologique de poche.

Margaryta Alyashkevich a offert ses médailles en équitation et danses (troisième place) pour gagner leMargarita Alyashkevitch deuxième et le premier prix dans l’avenir . Elle a interprété une danse spécialement pour cette soirée, et réjoui tout le monde.

Chaque interprétateur a accompagné son objet par une histoire amusante.Alzbeta

Yuras Neratok et son ami Mikalai Trusau ont joué à deux guitares… Ales Kamotski a présenté ses nouvelles chansons et l’Etoile de Vénus immortelle.. Yury Nestsarenka a animé la fin de la soirée avec ses mélodies.. Yarash aussi a eu l’occasion de jouer des chansons à la guitare, surtout sur les mots de Ludmila Rubleuskaya.

Mais le momant le plus émouvant et passionnant de la soirée c’étaient bien sûr les enchères. Les gens ont pu échangé des devises et s’acquiérir de jolis objets. Le plus de problèmes a été suscité par la lutte pour avoir la bague et le dictionnaire,Ales Kamotski entouré d'objets musams qui s’est développé entre le collaborateur du musée soutenu par le directeur et Alena Belanozka qui va bientôt fêter son anniversaire. Ils ont ramassé 25 simoulyakrykau chacun, puis on a voté, puis un des invités a décidé la dispute en faveur d’Alena mais le conflit était dur…

En général tout est bien passé et on attend la soirée 2010 pour récupérer des objets…

 

 

Et si on dansait? 12 décembre, 2008

Classé dans : "Faubourg littéraire" — julienovik @ 17:06

Vous savez danser les danses populaires biélorusses? Moi non.

Mais il s’avère qu’il y a pas mal de gens qui le font à merveille. Cela se passe pour la cinqième fois dans un café dans le parc Gorki. La musique — notre barde Zmitser Sidarovitch et son équipe musicale. Zmitser a invité ce jeudi tout le Faubourg littéraire à le joindre et on a accepté avec plaisir. On a été nombreux: moi, Vika Trenas et Natallya Kutchmel, Adam Shostak, Juras Neratok et Ragned Malahovski, Mikola Kandratau avec sa femme, une fille Véronique qui arrive pour la deuxième fois aux assises..danse populaire biélorusse, photo de julie novik

Mais il y avait beaucoup de monde dans ce café, jeunes et âgés, qui dansaient tout le temps et cela fascine quand même!

Je n’ai pas eu le courage d’entamer mes premiers leçons de danse populaire sur place et j’ai quitté le café longtemps avant que les autres. On laisse cela pour une autre soirée.

 

 

 

Combattants 5 décembre, 2008

Classé dans : "Faubourg littéraire" — julienovik @ 15:46

photo de julie novikHier le musée M.Bogdanovitch nous a vu discuter et vivement critiquer le roman de Juras Neratok « Combattants » ; Juras  a déjà son recueil de photo de julie novikprose et a voulu faire attention aux pages blanches de l’histoire après la guerre au Bélarus.

Ses héros, quatre hommes, nos contemporains se trouvent dans l’année 1947 et se heurtent à des problèmes dephoto de julie novik cette époque. Des partisans et des collaborationnistes, la guerre et la réalité… Le sujet traité prétend être sérieux. Le problème c’est qu’on l’a pas trouvé bien développé dans ce roman. Seulement deux personnes l’ont lu tout entier mais elles aussi ont souligné qu’on aurait pu visualiser plus la motivation des personnages et la position de l’auteur.

Le roman a trois versions: en russe, en biélorusse et en « trasjanka » donc est adressé au lecteur de masse.

 

 

 

 

Le Faubourg dans l’atmosphère des Archives 21 novembre, 2008

Classé dans : "Faubourg littéraire" — julienovik @ 9:49

Hier les assises du Faubourg littéraire ont été organisées dans un lieu historique particulier: dans les Archives nationales, près du temple de bernardins, rue Kyryla i Mefodyja. Le directeur des Archives, Ganna Zapartyka a raconté plein d’histoires curieuses sur certaines écrivains biélorusses et participants de l’insurrection de Kastys Kalinovski, de 1862.

Une épisode était particulièrement intéressante, celle de la photo du poète Yanka Luchyna, qui s’est trouvée par hasard et qui se résulte dans un voyage agréable en Pologne où habitent ses proches éloignés.

On a mangé une tarte magnifique à cause de l’anniversaire de Tatjana Pratasevitch qui a choisi ensuite des lignes qui lui ont plu le mieux parmi ceux qui ont été lues ce soir.Faubourg près des Archives Nationales de littérature et de l'art

On s’est rappelé également que le déjeuner d’un poète se composerait de deux grains de raisin, selon Cyrano De Bergerac. On peut supposer que celui d’un critique se composerait alors de deux croûtons secs.

Le roman de l’écrivain Juras Neratok « Combattants » est à lire et critiquer.

 

 

Discussion de jeudi 17 novembre, 2008

Classé dans : "Faubourg littéraire" — julienovik @ 16:52

Vive les étudiants!!

Aujourd’hui c’est leur journée qu’on fête… Moi je ne fête plus mais on se félicite quand même pour se rappeler les bons moments de cette période de liberté et de choses insolites.

Mais je suis là pour vous raconter ma dernière visite aux assises du Faubourg littéraire, notre petite société pour discuter et écouter. Elles ont eu lieu au musée M.Bogdanovitch, ce poète biélorusse très aimé qui est mort jeune et a introduit dans la littérature et surtout la poésie biélorusse plein de formes européennes et a fait connaître certains auteurs français. Et c’est bien longtemps ! Sans parler biélorusse dans la vie réelle, ayant appris sa langue maternelle loins de sa patrie, grâce aux livres! Une tragédie qui inspire toujours…

Dons cette soirée était remplie par les discussions qui parfois s’éloignaient de la littérature: par exemple pourquoi on croit le Belarus le pays de tourisme sexuel… encore on a rappelé les dernières assises où je n’étais pas présente: celles de Toussaint littéraire dans le musée d’histoire. On va peut-être poursuivre cette tradition et même répéter l’événement. Ludmila Ivanovna a lu quelques extraits insolites sur la littérature biélorusse des années 1940-60 trouvés dans des archives. Les résultats frappent parfois: c’était le rapport sur les écrivains éminents qui « ne suivent pas le régime soviétique et écrivent peu sur la ligne idéologique ».

On a lu des poèmes mais pas beaucoup à cause de manque de temps: c’était presque 8 30 h du soir!

 

 

 

Simoulyakr 11 novembre, 2008

Classé dans : "Faubourg littéraire" — julienovik @ 16:25

Ludmila Rublevskaja et Ragneda Kryshtalyk le parapluieUn autre personnage qu’on peut associer avec notre club littéraire est Ragneda Kryshtalyuk. Elle est en fait un simple parapluie. Mais pas si simple. Le parapluie rose qui n’est jamais utilisé comme il faut et semble avoir les traits d’un être vivant. IL a même des cornes qu’on a essayé de réparer mais pas réussi. Il accompagne Ludmila Rublevskaya dans tous les voyages et assiste à toutes les soirées et assises. On lui a attribué quelques poèmes et plusieurs histoires romantiques. On ne cesse d’en inventer d’autres.

 

 

Prix anti-glamour

Classé dans : "Faubourg littéraire" — julienovik @ 14:48

café LondonUn des événements devenus traditionnels dans le Faubourg littéraire est la remise du prix anti-glamour Blakitny Svin. Ce prix est décerné aux littérateurs qui sont actifs, ont une position unique bien développée et ne sont point conformistes et expriment leurs opinions et la créativité de manière indépendante et insolite. Le prix est remis chaque année au printemps, dans un café London sur l’avenue principale de Minsk.

 

La première à l’avoir a été la fameuse Aksana Spryntchan dont l’énergie et la créativité sont hors concurrence. Elle a toujours animé des manifestations culturelles les plus éminentes et même après la naissance de sa fille a reapparu très vite sur la scène. Son mari, barde et historien Jarash Malisheuski l’accompagne et soutient dans ces idées. Un tandem unique familial. La petite Aljbeta va les suivre sûrement.

La deuxième remise du prix a vu les voix se partager entre Viktar Yvanoy et Vika Trenas. Le premier d’ailleurs n’est pas arrivé ce qui ne le délivre pas de la récompense: une partie de 100 petites bougies (Aksana a reçu 100 crayons taillés manuellement). Viktar Yvanoy n’existe plus aujourd’hui sous ce nom, il s’appelle maintenant Viktar Loupassine
et a organisé un groupe avec son ami pour chanter ses poèmes de sa propre voix à un large diapason. Quand on le voit on le remarque tout de suite, il est trop différent. Ses expériences avec la forme littéraire est bien connue mais c’est aussi sa manière d’interprétation qui choque parfois. Le personnage principal du prix Blakitny Svin est un cochon bleu, un des héros virtuel de la communauté. On lui a inventé toute la vie avec des histoires d’amour et des poésies même. Il est de couleur bleue car il est d’origine noble. Il a sa passion à qui il tâche de se confier grâce aux poèmes…

Son image sur le certificat à délivrer c’est un signe similaire au smyle (=) qui d’une part rappelle que c’est un cochon (Svin), d’autre part est proche à la prise de courant mais dans ce cas-là c’est pas le courant qui court mais l’énergie et l’inspiration venue de l’espace spatial.

 

12
 
 

Amelie Lallement |
BAZAR D'histoires.. |
le club lecture |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Asenflul d uswingem
| princessefaroseskyblog
| Médiatheque Clémence Isaure