Bélarus blog culture et poésie

Bélarus culturel et créatif. Poésie et projets culturels

 

Exposition d’art Le Bélarus au carrefour de la guerre 1812 3 décembre, 2012

affiche Bélarus à la guerre 1812Le 200-ième anniversaire de la guerre 1812 inspire les artistes biélorusses à revoir l’évènement qui a marqué la terre biélorusse. Les participants du projet Le Bélarus au carrefour de la guerre 1812s’adressent aux destins et portraits, aux émotions éprouvées plus volontiers qu’aux détails de la réalité militaire alors le lyrisme s’entrelace avec le tragisme dans leurs oeuvres.

Le 6 décembre 2012 à 17.00 la Bibliothèque A.Poushkin à Minsk accueille l’ouverture de l’exposition d’art Le Bélarus au carrefour de la guerre 1812. Les oeuvres des peintres biélorusses consacrées aux évènements de la guerre et leurs participants du côté biélorusse et français, n’attirent pas l’attention du spectacteur aux stratégies militaires et personnalités dont le rôle reste ambivalent et contradictoire, mais aux valeurs humaines et à l’unanimité des épreuves et émotions. Le regard « du dedans » sur la guerre qui a dévasté le territoire biélorusse étant à la fois une tentative de « refaire » la carte de l’Europe, offre l’opportunité de survivre une réflexion émotionnelle.

Une place particulière dans le projet appartient à l’image de la femme – d’une part, il s’agit de la vivandière (phénomène français), de l’autre part, de l’image généralisée d’une femme biélorusse. Certaines toiles sont exposées pour la première fois.

A la base du projet se trouvent les oeuvres de trois peintres biélorusses – Yauhen Shuneïka (peinture, textile), Hennadz Drazdou (photo, peinture), Anatol Byalyausky (peinture). Les autres sont Natallya Belavokaya (apprêt), Uladzimir Sayko (peinture), Mikola Autchynnikau (aquarelle), Rygor Myazhyeu (aquarelle), Viktar Barabantsay (peinture), Viktar Mikita (graphique), Uladzimir Sytchanka (graphique digital).

En effet, l’exposition à Minsk est une étape finale de la commémoration artistique des victimes du peuple biélorusse dans la guerre 1812. Elle a été précédée par les expositions à Vileyka et Mar’ina Gorka dont l’ouverture le 21 et le 28 novembre conformément synchronise les spectateurs avec les dates des évènements passés.

A l’ouverture de l’exposition Le Bélarus au carrefour de la guerre 1812 le 6décembre à Minsk interviendront l’historien, journaliste et ethnographe régional Anatol Valakhanovitch, littérateur Valerya Kustava, connaisseur de mythologie Irina Klimkovitch, historien et écrivain Vital Byl’, musicien Uladzimir Eytukh, poétesse Aksana Yutchkavitch, groupe de rock biélorusse Werasen.

Les présentatrices sont les art-manageurs du projet Vika Trenas et Yuliya Novik (promo-groupe VU). L’ouverture de l’exposition va être agrémentée par une présentation multimédia des oeuvres mondialement connues qui sont la source artistique précisieuse sur la guerre 1812. Avant tout, il s’agit des dessins de Christian Vilhelm Fauber du Faur qui a noté le chemin de Nioman à Smolensk, ainsi que des oeuvres d’Albrecht Adam.

Auteur de l’idée du projet – Yauhen Shuneïka. Design de l’affiche – Ales Famenka.

L’exposition est ouverte jusqu’au 13 décembre. Entrée libre.

 

 

Les toiles créées avec l’argent soviétique 21 octobre, 2012

Classé dans : Art et Design — julienovik @ 22:02

Le Biélorusse Igor Arinitch utilise les billets d’argent soviétiques pour créer des oeuvres d’art.

toile par igor arinitch  Chaque oeuvre coûte 700 dollars au moins et il faut plusieurs mois voire six mois pour la créer. Ce sont les clients russes qui achètent ces toiles insolites.

toile par igor arinitch bélarus

Le plus de temps va à la recherche des coupures soviétiques – l’artiste les trouve sur le marché aux puces. Une visite au marché permet d’avoir 20-50 billets tandis qu’il en faut jusqu’à 3000 pour une toile.  Les plus dures à trouver sont les coupures d’un et trois roubles.  Igor Arinitch préfère l’argent soviétique car il est multicolore et permet une variété dans la création.

La plus grande toile mesure 105 smх120 sm.

Actuellement l’auteur possède 18 créations.  (more…)

 

 

La présentation du projet artistique d’Irina Kotova « Paris imaginaire » à Minsk 29 avril, 2011

Classé dans : Agenda des soirées,Art et Design,Evénements — julienovik @ 14:31

L’arc-en-ciel Minsk – Paris

Irina Kotova Paris imaginaire MinskLe 5 mai, à la galerie de l’Académie d’Etat des beaux-arts de Biélorussie, aura lieu l’inauguration d’une exposition unique en son genre dont l’auteur, l’artiste biélorusse Irina Kotova, a été diplômée du département d’art graphique de l’Académie en 2002. Originaire de Minsk, Irina Kotova, après ses études académiques, a poursuivi sa formation artistique dans le domaine de l’histoire de l’art et de la théologie dans la capitale de la France. Ses recherches scientifiques n’empêchaient pas le développement de sa quête artistique sous le ciel de Paris. Les fruits de cette quête se sont traduits par une remarquable série de compositions paysagères, créées dans la technique du pastel, qui donnent à ceux qui les contemplent des impressions vives et inoubliables. Cela est rendu possible par le contact avec différents motifs parisiens, par exemple le quai de Seine, Montmartre, le Jardin du Luxembourg, le Parc des Buttes-Chaumont. De plus, il y a un phénomène particulier à savoir le panorama du centre de Paris, qui pour la première fois dans l’histoire du paysage urbain européen, a été présenté de manière artistique depuis les toits élevés d’édifices prestigieux comme le ministère des Affaires étrangères et le Palais Royal.

 

  Dans l’exposition présentée actuellement à la galerie « Académie » Irina Kotova propose sa perception du grand patrimoine artistique et son interprétation novatrice des motifs connus de la capitale française. Cette exposition est comme un arc-en-ciel symbolisant la continuation créatrice des liens artistiques fructueux entre la France et la Biélorussie. 

 

           Dans le programme du vernissage, avec le soutien et la participation de l’ambassadeur de France en Biélorussie Michel Raineri, aura lieu la projection du film « Paris imaginaire » (Beltéléradiocompagnie, 2010, réalisateur Serge Catière), et la présentation de l’album qui porte le même nom.

 


L’exposition est ouverte jusqu’au 13 mai.

 

Commissaire de l’exposition : professeur adjoint de l’Académie E. Shuneyko. Ph.D.

 

(more…)

 

 

Exposition d’art Le Retour au Romantisme 21 mars, 2011

affiche expo d'art Le Retour au RomantismeL’art plastique français de la deuxième moitié du ХІХ siècle a apporté au monde entier les exemples de l’innovation et de la création démocratique indépendante. Ses traditions sont vivantes dans l’art biélorusse profesionnel d’aujourd’hui.

L’exposition Le Retour au Romantisme qui ouvre ses portes le 31 mars à 17.00 (entrée libre) dans la galerie Panorama de la Bibliothèque Nationale de Biélorussie (av.Nezavisimosti, 116, 22ème étage) a l’enjeu de montrer les oeuvres des artistes biélorusses inspirés par les acquis de représentants phares de l’école française. L’héritage du romantisme, symbolisme, impressionnisme favorise à imager les sujets et phénomènes du passé qui n’ont pas été assez évidents dans les conditions du changement rapide de courants artistiques dans le milieu des pionniers français, mais qui auraient pu contribuer à l’évolution de l’art professionnel. Dans ce contexte semble opportune l’initiative de prendre le relais et faire renaître les traditions françaises au sein de l’art biélorusse contemporain. Les participants de l’exposition évitent les citations précises de l’héritage des créateurs célèbres mais actualisent les idées et les personnages pour le spectateur d’aujourd’hui dans les oeuvres picturales, graphiques, textiles.

Parmi les auteurs sont les artistes de différentes générations et styles : Fiodor Yastreb, Yevgeni Shuneiko, Irina Kotova, Yuri Podolin, Igor Gorbounov, Ludmila Nalivaïko, Karina Kharaneka, Elizaveta Pastouchenko, Veronika Malastchuk, Vladimir Rynkevitch, Olga Melnik, Alevtina Bashkatova, Daria Moroz-Karat, Dmitri Shapovalov.
L’évènement se passe avec le soutien du studio de design Pix.by.
Le curateur de l’exposition est Yevgeni Shuneiko, les art-manageurs du projets sont Yuliya Novik (http://julienovik.unblog.fr/) et Vika Trenas (http://vika-trenas.livejournal.com/).

Plus de détails – dans les documents ci-joints

Exposition d'art Le Retour au Romantisme dans Art et Design doc communiqué de presse expo d’art Le Retour au Romantisme

doc dans Groupe de promotion culturelle VU/ВЮ annotation expo d’art Le Retour au Romantisme
 


 

 

 

31 сакавіка адкрыццё мастацкай выставы Вяртанне да рамантызму 14 mars, 2011

Шаноўнае спадарства!

Шчыра запрашаем на адкрыццё мастацкай выставы « Вяртанне да рамантызму », якое адбудзецца 31 сакавіка ў 17.00 у галерэі « Панарама » (22-гі паверх), Нацыянальная бібліятэка Беларусі.

Уваход на адкрыццё вольны

афіша Вяртанне да рамантызму Мэта выставы — прадэманстраваць працы мастакоў Беларусі, у якіх адчуваецца шчырая творчая захопленасць здабыткамі выдатных прадстаўнікоў французскай школы. 

Сярод аўтараў — мастакі розных пакаленняў і творчых кірункаў: Фёдар Ястраб, Яўген Шунейка, Ірына Котава, Юрый Падолін, Ігар Гарбуноў, Людміла Налівайка, Карына Харанека, Уладзімір Рынкевіч, Вольга Мельнік, Аляўціна Башкатава, Дар’я Мароз-Карат, Зміцер Шапавалаў і інш.

Акрамя персанальных работ, аўтары прадстаўляюць калектыўную працу—інсталяцыю на тэму французскай граматыкі “Знайдзі свой дзеяслоў”. Наведвальнікі выставы змогуць далучыцца да “ажыўлення” кампазіцыі і атрымаюць падарункі ад мастакоў.

         Экспазіцыя працуе ў галерэі “Панарама” (Нацыянальная бібліятэка, пр. Незалежнасці, 116, 22-гі паверх) з 31 сакавіка 2011 г. 

Куратар выставы Яўген Шунейка, арт-менеджэры праекта Юлія Новік (http://julienovik.unblog.fr/) і Віка Трэнас (http://vika-trenas.livejournal.com/).

Выстава праходзіць пры падтрымцы дызайн-студыі Pix.by (www.pix.by).

31 сакавіка адкрыццё мастацкай выставы Вяртанне да рамантызму dans Art et Design doc анатацыя да выставы Вяртанне да рамантызму
doc dans Groupe de promotion culturelle VU/ВЮ прэс-рэліз Вяртанне да рамантызму
doc аннотация Возвращение к романтизму

doc пресс-релиз Возвращение к романтизму

 

 

Адкрыццё беларуска-французскай фотавыставы « Паралелі » 1 septembre, 2010

Запрашаем наведаць фотавыставу « Паралелі » ў галерэі « Панарама » Нацыянальнай бібліятэкі Беларусі (22 паверх), якая працуе з 16 верасня па 6 кастрычніка 2010.

loggoambafrance.jpg
Аб’яднаныя пачуццём адлюстраванасці горада ў чалавеку і чалавека ў гарадской прасторы, французскі фатограф Цьеры Клеш і беларускія фатографы Вольга Лойка і Віктар Байкоўскі прапануюць да ўвагі цікавыя віртуальныя і фатаграфічныя паралелі.
Адкрыццё выставы 16 верасня ў 17.00. Уваход на адкрыццё вольны. Выступаюць: мастацтвазнаўца Яўген Шунейка, пісьменнік Навум Гальпяровіч, акцёрскі дуэт “Сігаль” (Мікіта Сідарэнка і Уладзімір Галак) з міні-п’есай « Таксіст ». Вядучыя Юлія Новік і Віка Трэнас. Куратар Федар Ястраб.

Адкрыццё беларуска-французскай фотавыставы Прэс-рэліз да фотавыставы Паралелі

Выстава праходзіць пры падтрымцы фоталабараторыі FotoMAX (www.fotomax.by, вул.Рэвалюцыйная 1) і дызайн-студыі Pix.by (www.pix.by).

doc dans Art et Design Анатацыя да фотавыставы Паралелі

Кантакты:

 Аўтар праекта Юлія Новік

+375 29 5627427,

+375 29 3497398.

e-mail: novik.julia@gmail.com

http://julienovik.unblog.fr/

 

Менеджэр праекта Віка Трэнас

+375 29 5607793,

+375 29 1354495,

e-mail: trenas007@gmail.com

http://vika-trenas.livejournal.com/ 

fotomax.jpg

pixbyreklama.jpg
afichaparaleli.jpg

Трэйлер ад Мікіты Сідарэнкі для п’есы Таксіст:

http://vimeo.com/14975105

 

 

Exposition photo franco-biélorusse Parallèles: textes complémentaires 26 août, 2010

« Critique de cinéma, journaliste indépendant, réalisateur, enseignant, Thierry Clech partage aujourd’hui son temps entre le cinéma – comme scénariste – et la photographie, qu’il pratique depuis une quinzaine d’années. Il mène un travail d’auteur, en noir et blanc, donnant lieu à des publications et expositions, en France et à l’étranger. Il pratique la photographie en promeneur, en bas de chez lui ou à l’autre bout du monde. L’étrangeté, le surréalisme, la mélancolie ou la drôlerie des situations faisant à chaque fois partie de ses voyages, à Istanbul, New York, Pékin ou Séville, mais aussi bien dans le quartier de La Défense ou encore en Bretagne, d’où il est originaire. La série « Sans Défense » est marquée par une mélancolie particulière et un réalisme contemporain.  Ses personnages sont solitaires et dispersés parmi les immeubles et les constructions, ils se hâtent pour suivre le rythme, ne pas perdre de temps,  mais ils ne sont jamais  vraiment à leur aise. « La Défense est un miroir de notre futur où tout, de plus en plus, sera censé communiquer (par portes vitrées, écrans, claviers interposés…), renvoyant paradoxalement chacun à sa solitude (c’est déjà un peu le cas aujourd’hui), désorienté, perdu dans la foule ou les espaces désertés, otage d’un décor et d’une société qui multiplient en autant de leurres ouvertures et reflets. (…) Aujourd’hui encore, lorsque j’y vais, je suis estomaqué par la beauté de ce lieu (je vais certainement faire hurler les gens qui y travaillent et pestent contre son inhumanité, sa froideur, le sentiment d’enfermement qu’ils peuvent y ressentir) ».

Les photos par Olga Loiko sont inséparables d’elle même, qui réagit sensiblement aux particularités du monde environnant et à la tension au fond de l’homme. Pensée précise, regard philosophique concentré, âme d’enfant-chercheur qui se réjouit du processus – elle est toujours en quête du nouveau. En exprimant ses impressions dans la narration, les itinéraires et les photos “saisies”, Olga souligne que l’essentiel pour le photographe c’est d’être honnête devant lui-même et le spectateur. Son credo est simple mais pas reconnu par tout le monde: “Il est impossible d’apprendre la photographie, on peut juste l’aimer”.

Viktor Baykosky ne se limite pas par un seul genre photographique. Il s’implique avec plaisir dans la recherche et  l’étude de tout ce qui se passe autour. Plus il accumule l’information et échange d’expérience avec d’autres chercheurs amoureux de photographie, plus s’élargissent ses exigences pour lui-même. Viktor se laisse entraîné non autant par le processus de photographier, mais par la photographie elle-même, son contenu et sa forme, la présentation du moment. Ses photos, comme la vie, sont métaphoriques et multiformes, multicouches, elles se découvrent petit à petit ou frappent par le réaisme et la droiture. Soit-ce du reportage et des mises en scène, des paysages urbains ou rustiques – Viktor met en question chaque photo pour la concrétiser ensuite et montrer son propre regard.

 

 

Exposition photo franco-biélorusse Parallèles: annotation

Dans le cadre du projet photo franco-biélorusse « Parallèles » trois photographes – Thierry Clech, Olga Loiko et Viktor Baykovsky – invitent à découvrir leur vision particulière de la Ville et du moment urbain. Ils développent la théorie du “moment décisif” et soulèvent le rideau du monde fragile et peu perceptible plein d’ombres, reflets, silhouettes floues. Ils esquissent ainsi la place de l’homme et de ses émotions dans l’espace urbain.   

Son travail intitulé «Sans Défense» est consacré au quartier d’affaires de Paris. Le nom parle de lui-même. Emprisonnés par les immeubles en verre, les bureaux gris et le langage conventionnel, les gens cherchent inconsciemment à aller au-delà des limites et de la géométrie imposées par l’architecture afin d’y construire leur propre monde, traduit ici dans des reflets, des lignes, des duplications d’images, des figures spontanées. Ainsi, ils deviennent  les personnages des photos de Thierry Clech, observateur rapide et imperceptible, qui met en relief la beauté et l’élégance de La Défense.

Ce n’est pas par hasard qu’une quinzaine des photos de cette série «Sans Défense» sont exposées pour la première fois au Bélarus, à la Bibliothèque Nationale – car son architecture correspond pleinement à celle de La Défense, comme un espace semblable et  parallèle.  

La connaissance virtuelle du photographe français et des participants biélorusses – Olga Loiko et Viktor Baykovsky – s’est réalisée par le biais des photos qui auraient quelques traits de la géométrie d’Euclide – les parallèles qui se croisent. Dans ce contexte il est surtout curieux de savoir l’impression de Thierry Clech à propos des styles biélorusses:

« Ce qui est beau dans les photographies d’Olga, c’est que l’humain y est sans cesse ramené à sa solitude (ses personnages sont souvent isolés et, même lorsqu’ils se retrouvent à plusieurs dans le cadre de l’image, ils paraissent perdus en eux-mêmes, dans leurs songes, leurs rêves ou leurs regrets). D’où une forte mélancolie. D’où, aussi, un sentiment de fragilité, de petitesse des humains, pris en contrepoint ou au pied de décors démesurés et écrasants au regard de leurs frêles silhouettes. Et c’est cette combinaison d’une perception mélancolique du monde et d’un souci graphique dans la composition des images qui donne aux photographies d’Olga leur singularité.

Il y a chez Viktor l’envie de saisir toute l’étrangeté visuelle du monde et d’expérimenter, parallèlement, les possibilités techniques du langage qu’il utilise (cadrages, superposition d’images, temps de pose, flous, etc.), en le forçant, le tordant, le pliant à sa volonté d’expression. En résultent des images surprenantes et mystérieuses, parfois inquiétantes, une vision qui oscille entre réalisme, abstraction et onirisme. Si bien qu’à regarder ses photographies, on est jamais très sûr de bien voir ce qu’on croit voir, ce qui nous permet de nous affranchir, pour un temps, de nos hiérarchies et paresses visuelles ordinaires».

 

 

Exposition photo franco-biélorusse Parallèles: participants

Informations

 

Thierry Clech est né en 1965 en Bretagne, France. Auteur des livres de photos « Déjà vu » (textes de Philippe Jaenada), « Imprimer le monde » (avec Bernard Chambaz), “Istanbul” (préface de Louis-Stéphane Ulysse). Il a commencé son chemin créatif comme journaliste, notamment critique de cinéma pour les « Cahiers du cinema », et a travaillé comme scénariste et professeur. Actuellement, il habite Paris, participe activement à des projets photo, expositions, et multiplie les voyages photographiques  (Maroc, Espagne, Italie, Etats-Unis, Sénégal, Mexique, Portugal, Turquie, Bali, Hong Kong, Pékin, Belgique, Inde…).

 

Olga Loiko est née en 1978. Depuis 1997 elle travaille dans le journalisme et l’édition scientifique. Il y a trois ans elle s’est passionnée pour la photographie. Participante aux expositions photographiques collectives, gagnante des concours républicains photo. En 2010 – exposition personnelle au Club populaire photo “Minsk”, participante au projet-média “Q.E.D”.

 

Viktor Baykovski est né en 1967. Il a commencé à photographier en enfance mais la compréhension et l’attitude sérieuse sont venues beaucoup plus tard. Habite et travaille à Brest. Programmeur selon la spécialisation. Participant aux expositions photographiques collectives, gagnant des concours républicains photo.

 

 

Exposition photo franco-biélorusse Parallèles: communiqué de presse

Bibliothèque Nationale de Biélorussie

Ambassade de France en Biélorussie

 

France et Biélorussie: « Parallèles » photographiques

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE      

 

La silhouette touche à l’émotion, le regard s’éloigne dans son reflet, pour briser les barrières et les clichés. Réunis par le sentiment de sentir la ville reflétée dans l’homme, ainsi que l’homme reflété dans la ville, le photographe français Thierry Clech et les photographes biélorusses Olga Loiko et Viktor Baykovsky créent de nouvelles parallèles virtuelles et photographiques.

En détruisant et “réanimant” la ville avec leur regard photographique, ils refusent les paysages lustrés et touristiques pour se trouver dans le noir et blanc, revoir l’ombre et la lumière, l’interconnexion et le chaos des détails, fermés dans un seul espace urbain. 

Mais la photographie n’est pas née isolée. Par des temps différents, dans des villes et pays divers, les photographes avec un style et une expérience différente, sont influencés par des émotions et des impressions similaires. Ainsi naissent des parallèles. D’abord virtuelles – entre l’architecture et l’homme, le matériel et l’âme, l’état et l’émotion. Ensuite photographiques – dans le cadre du projet photo franco-biélorusse “Parallèles “ – entre les villes et les cultures, ce qui est la base de l’exposition commune de trois auteurs.

L’ouverture de l’exposition photo “Parallèles” se tient dans la galerie “Panorama” à la Bibliothèque Nationale du Bélarus le 16 septembre 2010 à 17.00. Invités à l’ouverture: critique d’art Eugeni Shyneiko, écrivain Naoum Galpérovitch, duo d’acteurs “Cigale” (Nikita Sidorenko et Vladimir Galak). 

Présentateurs: Yuliya Novik et Vika Trenas.

L’exposition se tient avec le soutien du laboratoire photo FotoMAX (www.fotomax.by) et le studio de design Pix.by (www.pix.by).

Le but du projet est de réunir l’oeuvre du photographe français et des photographes biélorusses par une seule conception, d’accentuer l’unité des images de la ville et du citoyen, qui se rapproche et s’éloigne à la fois du mileu urbain.

Le citoyen se donne tout entier à la ville, il se fond avec elle et en devient partie intégrante, il remplit l’espace urbain avec ses émotions. Il laisse des empreintes non seulement comme créateur de paysages antropogènes et de constructions d’architecture, mais aussi comme un élément important de son contenu spirituel. 

Le photographe shoote ses histoires en suivant le rythme de la ville. Avec cela il aspire à les laisser passer à travers sa perçeption du monde, repenser, dépasser les limitations fixées par les formes géométriques de l’architecture urbaine. Il crée une composition de l’image en se basant sur les éléments déjà existants de l’infrastructure urbaine. Il modifie et transforme l’image et la silhouette de la ville pour en découvrir et montrer un autre côté, invisible pour la plupart des gens.

Le projet inscrit l’art photographique biélorusse dans le contexte européen et pourrait servir de base pour de nouveaux projets communs et contribuer aux rapports interculturels.

L’exposition est ouverte dans la galerie “Panorama” (Minsk, Bibliothèque Nationale, av.Nezavisimosti 116, 21ème étage) du 16 septembre au 6 octobre 2010.   

Auteur du projet Yuliya Novik

Manager du projet Vika Trenas

(Ensemble – groupe de promotion culturelle VU)

 

 

 

12
 
 

Amelie Lallement |
BAZAR D'histoires.. |
le club lecture |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Asenflul d uswingem
| princessefaroseskyblog
| Médiatheque Clémence Isaure