Bélarus blog culture et poésie

Bélarus culturel et créatif. Poésie et projets culturels

 

Musique éléctronique biélorusse: jeune groupe WAPE lance le premier album! Першы альбом групы WAPE 5 mai, 2010

Classé dans : Amis,Musique et danse — julienovik @ 9:21

Віншую музычную групу WAPE з выхадам першага альбома!!

Спампаваць можна тут: http://soundcloud.com/wape

Téléchargez, appréciez et écoutez le premier album de musique éléctronique du jeune groupe biélorusse WAPE! Une des chansons est en français…

Plus haut le lien pour télécharger.

 

x4ee9377f.jpg

xb581bb9e.jpg
x79c2dea9.jpg

x9772a986.jpg

x71887f24.jpg

(more…)

 

 

Ляльнік з Прадмесцем, літаратурны вечар 20 avril, 2010

Classé dans : "Faubourg littéraire",Agenda des soirées,Amis — julienovik @ 8:55

22 красавiка ў Музеi сучаснага мастацтва -
« Ляльнiк з Прадмесцем »

Запрашаем на паэтычна-музычнае веснавое свята суполкi « Лiтаратурнае прадмесце ».
Пачатак а 17.00. УВАХОД ВОЛЬНЫ

Удзельнiчаюць:

Кiраўнiк суполкi Людмiла Рублеўская
Вiка Трэнас
Алёна Беланожка
Мiкола Кандратаў
Маргарыта Аляшкевiч
Рагнед Малахоўскi
Адам Шостак
Юлiя Новiк
Алесь Емельянаў
Усевалад Гарачка
Таццяна Пратасевiч
Юрась Нераток
Юрась Шышко
Наста Грышчук
Таццяна Барысюк і інш.
А таксама сiмулякр суполкi, паэтка Рагнеда Крышталюк i яе сябра Iнька (Янька).
Адрас музея: пл. Незалежнасці, 47 (каля пл. Я. Коласа)

(Ляльнік – народнае веснавое свята ў гонар багіні Лялі)

 

 

Класічная музыка гэта файна! 24 mars, 2010

Classé dans : Amis,Evénements,Musique et danse — julienovik @ 10:23

23 сакавіка ў Малой залі ім. Шырмы Белдзяржфілармоніі адбыўся суперканцэрт маладых таленавітых музыкантаў Аляксандра Палякова (фартэпіяна) і Юліі Гаўрылюк (скрыпка). Падрабязней тут

Аляксандр Палякоў і Юлія Гаўрылюк

 

 

Алесь Камоцкі—кожны раз па-новаму, або Тры А 22 mars, 2010

Classé dans : Agenda des soirées,Amis,Evénements,Musique et danse — julienovik @ 13:50

19 сакавіка Малая зала Купалаўскага тэатра прымала жадаючых адпачыць ад шалёнага гарадскога рытму і паслухаць пранікнёныя лірычныя аўтарскія песні. Вядомы бард Алесь Камоцкі сабраў сяброў, каб па-новаму прадставіць свае песні з дыскаў “Дах”, “З бацькоўскай кружэлкі”. Па-новаму, таму што гэты вечар распачаў серыю выступаў, у якіх акрамя спадара Алеся і Алега Змушкі (сола-гітара), удзельнічаюць мАлесь Камоцкі, Аляксандр Ясінскі, Алег Змушкааладыя музыканты.

 

На гэты раз аўтарскія песні Алеся Камоцкага, а таксама песні на вершы Ларысы Геніюш, Максіма Багдановіча, Рыгора Барадуліна і пераклады вядомых рускіх песень (такіх, як, напрыклад “Старый клён” і “Летят перелётные птицы”) прагучалі пад жывы і энергічны акампанемент баяна ў выкананні Аляксандра Ясінскага, вядомага па выступах разам з гуртом “Босае сонца”. Атрымалася сапраўды цікава, кожная песня мела свой характар: некаторыя, напрыклад, “Босая зорка” на верш Рыгора Барадуліна, прагучалі ў сольным выкананні спадара Алеся, астатнія—на два ці тры “музычныя галасы”. Хацелася то засмуціцца і задумацца, то ўсміхнуцца, а то і нават патанчыць ці пачаць падпяваць. Гледачы ацанілі і дзве новыя песні з наступнага альбома.

(more…)

 

 

Projet livre photo à soutenir 10 février, 2010

Classé dans : Amis,Evénements,Photos — julienovik @ 15:48

Bonjour,

Mon prochain livre photo, « Quinze jours au Kérala », est présenté par le site Babeldoor afin de réunir un premier financement en vue de sa publication.

Des contreparties (invitations aux vernissages, tirages, cadeaux d’entreprise…) sont proposées en échange de participations, de 5  à 3 000 euros.

N’hésitez bien sûr pas à soutenir le projet et surtout à le diffuser autour de vous.

Rendez-vous sur cette adresse :

http://www.babeldoor.com/thierryclech_kerala/dashboard

Merci !

Bien cordialement,

THIERRY CLECH

« Je suis photographe et, après « Déjà vu » (en collaboration avec Philippe Jaenada pour les textes – Éditions PC, 2007) et « Istanbul » (texte de Louis-Stéphane Ulysse, Éditions Lienart à paraître en avril 2010), j’ai décidé de réunir une petite centaine d’images que j’ai pu prendre au cours d’un séjour dans l’État du Kérala, au sud-ouest de L’inde, en mars dernier. »

 Site du photographe Thierry Clech

Blog dédié au projet

Kérala photos

 

 

Vyavy 2009: Dialogue de stars 29 décembre, 2009

Cette année touche à sa fin : on a l’habitude de dresser le bilan, rédiger les top des événements et des personnes qui ont impressionné le plus, tirer des conclusions et faire des projets…

Je vous souhaite une bonne année avec plein de perspective et de belles idées réalisées! Que la joie, l’amour et le bonheur vous accompagnent toujours!

Permettez-moi de dire quelques mots sur notre projet le plus important qui vient d’avoir lieu à Minsk. Il s’agit du projet littéraire et musical « Vyavy » qui a été lancé il y a un an, le 7 décembre, et trouvé sa continuation le 5 décembre cette année. L’idée a été gardée : celle de la synthése des arts et la présence de nouveaux noms, surtout jeunes. On a ajouté quand même plein de choses : les rubriques particulières « L’invité spécial » – pour le frontman des groupes de blues Yuri Nestsyarenka, « L’invité à bis » – pour l’interprétatrice de danse orientale et de poésie Ganna Fedarouk, « Le début de Vyavy » – pour la poétesse et la photoartiste Iryna Ageeva.

Cette soirée a été censée de développer l’idée du dialogue, même du « Dialogue de stars ».

On a engagé plus de 20 participants de différents domaines artistiques pour réaliser cette idée – écrivains, photographes, designers, peintres, musiciens….

Voilà ce que les spectateurs ont pu observer pendant 2 h et demie passées au Théâtre de romance russe à Minsk.

VU promo-groupe biélorusseAu début Julie Novik et Vika Trenas, les organisatrices et les présentatrices, nous avons raconté l’idée générale de la soirée et de notre promo-groupe VU que nous venons d’actualiser dans les milieux culturels biélorusses. Il s’agit d’une union informelle de trois personnes créatives – Julie Novik, traductrice et poétesse, Vika Trenas, poétesse, critique, rédacteur en poésie, et Daria Belskaya, designer. Nous nous posons comme but la promotion de la littérature biélorusse, la découverte de nouveaux talents et l’organisation de projets culturels dans les domaines d’art différents : littérature, musique, art et design, photographie et autres. 

FotoMax salon de photographieNous avons présenté aussi notre soutien technique : le salon de PIX studio de designphotographie Fotomax (rue Revolutsionnaya 1, le bâtiment de l’Ambassade de France au Bélarus), et le studio de design PIX (http://pix.by). 

D’ailleurs, chaque participant et spectateur a reçu comme cadeau un disque avec le livre électronique de bande dessinée biélorusse, consacrée à un personnage insolite – Blakytny Svin. La galerie de bd ici.  

écrivaine biélorusse Ludmila RoublieuskayaAlors, la soirée a commencé avec les poèmes de l’écrivaine et journaliste Ludmila photo travail de Veronika ShnipRublevskaya qui ont accompagné les phototravaux « Les affaires et les mots oubliées » de Véronika Shnip, présentés sur l’écran. 

Ensuite, on a invité sur la scène du Théâtre les écrivains éminents, Arlou Uladzimir et Andrei Khadanovitchqu’on connaît et admire depuis longtemps – Uladsimir Arloy et Andrei Khadanovitch. Lors de leur intervention commune on a montré la séance de photos communes réalisées par deux jeunes photographes – Ivan Svita et Nina Gronskaya. Messieurs Uladsimir et Andrei ont lu des œuvres conceptuelles, tantôt tristes, tantôt ironiques, mais toujours bien reçues par le public. M. Andrei a même parlé dans un poème des particularités des hommes biélorusses, et M. Uladsimir a lu un poème consacré à M. Andrei. M.Andrei a invité sur la scène son ami d’Ukraine, le poète Roman Tryfanau qui a lu ses oeuvres. 

Alena Belanozhka et Margaryta AlyashkevitchAprès on a eu la chance d’assister à un spectacle formidable, basé sur les traditions folkloriques et les histoires sur les ondines – c’est l’image principale choisie par les jeunes poétesses Alena Belanozhka et Margaryta Alyashkevitch. Elles ont réuni des photos insolites avec un scénario bien organisé, une musique spéciale, des poèmes contemporains, une danse et des chansons.. Elles ont même proposé au public de goûter quelques noix cousues et lire des prédictions.

Le numéro suivant était bien long et accompagné de nombreuses photos et de deux chansons à la guitare – les poètes Anatol Ivachtchanka et Usevalad Stpoètes biélorusses Anatol Ivachtchanka et Usevalad Stsebourakasebouraka sont amis et ont joué sur la scène une partie aux échecs « à la suédoise » tout en lisant leurs poèmes. 

Ganna Fedarouk a offert la danse orientale populaire et lu ses deux poèmes, son énergie et professionnalisme fascinent toujours l’auditoire. Ganna Fedarouk

Viktar Zhyboul et DzetsiViktar Zhyboul et Dzetsi travaillent ensemble aussi dans le cinéma – dernièrement ils ont présenté leur petite vidéo au festival Dash. A part cela, ils sont écrivains, explorateurs de la littérature et traducteurs. Leur intervention était très vive et amusante, sur l’écran on a présenté les cadres de leur vidéo et les photos faites pendant le tournage. photos de tournage de la vidéo de Viktar Zhyboul et Dzetsi

Ensuite nous avons présenté les œuvres et la biographie d’un peintre unique Aleksei Ravski.

Les jeunes musiciens, auteurs de propres chansons Nata Poushkarova et Pasha Kousitch Nata Poushkarova et Pasha Kousitch ont présenté aussi une chanson commune : ces deux guitares étaient très harmoniques et agréables. Iryna Ageeva

Après une pause on a vu les travaux photographiques de la jeune poétesse Iryna Ageeva et entendu ses poèmes. 

Ensuite nous avons parlé du réalisateur de Canada Jonathon Driscoll qui a passé beaucoup de temps à Minsk et étudié en détails l’activité de clubs de cheveliers au Bélarus. On a diffusé à l’écran deux vidéos de ces films. La participation des Biélorusses au festival international à Volyn (Pologne) est dévenue plus claire après l’intervention d’Aleksei Bournasenka, directeur du théâtre de rue médiéval. img9999.jpg

blues par Yury NestsyarenkaLa soirée s’est terminée avec une intervention musicale brillante : le bluesman Yury Nestsyarenka et son collègue Artsyom Krytcheuski ont présenté un nouveau programme qui a réuni le blues et la musique romantique.

 

 Les photos de la soirées sont prises par le photographe Ivan Svita. 

 

 

 

Феерверк музыкі 18 décembre, 2009

Classé dans : Amis,Evénements,Musique et danse — julienovik @ 17:40

200x200x90.jpg

17 снежня пабывала на вельмі дынамічным, вясёлым, святочным канцэрце фартэпіяннай музыкі ў Малай залі ім.Шырмы ў Белдзяржфілармоніі, дзе выступалі маладыя таленавітыя музыканты , лаўрэаты міжнародных конкурсаў. Канцэрт называўся « Феерверк на Раство ». Вядучая Зінаіда Феактыстава не толькі вельмі прыемным голасам аб’яўляла выступоўцаў, але і жартавала, чытала вершы і басні.

 

copyofpict3125.jpg

Эльміра СЕЙФУЛАЕВА 

Юлія АРХАНГЕЛЬСКАЯ 

Алёна ЦЭГАЛКА

Арцём ШАПЛЫКА

Аляксандр ПАЛЯКОЎ

 

 

 

 

Программа:

1 отделение

Ф.ШОПЕН (1810-1849) – Andante spianato и Большой блестящий полонез Ми-бемоль мажор, соч. 22

Исп. Эльмира Сейфуллаева (класс профессора З.В. Качарской) 

П.ЧАЙКОВСКИЙ (1840-1893) – Думка, соч. 59

Исп. Артем Шаплыко (класс профессора Ю.Н. Гильдюка)

С.РАХМАНИНОВ (1873-1943) – Полька de W.R.

Н.РИМСКИЙ-КОРСАКОВ (1844-1908) – К.ВИЛЕНСКИЙ (род. 1949) – «Полёт шмеля»

Исп. Александр Поляков

Р.ПИК-МАНДЖАГАЛЛИ (1882 – 1949) – Два Лунария

«Беседа в лунном свете» 

«Танец Олафа»

Ф.ЛИСТ (1811-1886) – «Блуждающие огни» из «Двенадцати этюдов трансцендентного исполнения» (1851)

Исп. Алена Цегалко (класс профессора В.В. Шацкого)

 

II отделение

К.ДЕБЮССИ (1862-1918) – Сюита для фортепиано (1901)

Прелюдия 

Сарабанда 

Токката

Исп. Юлия Архангельская

Д.МИЙО (1892-1974) – «Скарамуш» сюита для двух фортепиано

Vif 

Modere 

Brazileiro 

Исп. Эльмира Сейфуллаева, Алена Цегалко

Ю.МАЕВСКИЙ – Фантазия на темы песен Гершвина для 2-ух фортепиано

Исп. Дуэт “Con Anima” (Юлия Архангельская - Александр Поляков)

(фота Новік Юліі)

 

На сайце Родныя вобразы з’явілася інтэрв’ю з музыкамі Аляксандрам Паляковым і Юліяй Архангельскай

 

 

Le monde fantasque d’un artiste biélorusse qui oeuvre en France 20 octobre, 2009

Classé dans : Amis,Art et Design — julienovik @ 11:24

rav3.jpgJe voudrais vous présenter une personne unique du point de vue style et potentiel artistique, mais aussi qualités personnelles comme énergie positive, sincérité, ouverture d’esprit, volonté d’aider et soutenir, modestie et simplicité. J’ai recueilli ici l’information sur lui trouvée sur internet.

 

Né en 1961, Alexei Ravski expose en France, Allemagne, Beglique, Pays-Bas, Etats-Unis, rav.jpgBélarus et en Russie où il est né. Ses travaux sont inclus dans les collections du Musée d’art contemporain au Bélarus. Depuis 1986 il participe aux expositions.

En 1990 il a terminé l’Académie d’arts de Bélarus, section de peinture. 

Depuis 1992 il est Membre de l’Union biélorusse de peintres. rav1.jpg

Avis professionnel en français sur ses travaux ici

« Alexei Ravski unit la peinture de paysage et l’art surréaliste dans ses compositions dramatiques, de large format. Minutieuses dans la technique, elles sont remarquables par l’usage admirable de la perspective qui invite le spectateur à entrer dans la fantaisie. Ses toiles tracent souvent des jardins réguliers peuplés d’ interprètes mystérieux qui planent dans l’air on dirait emportés par les sons de musique ».

Une galerie virtuelle de ses oeuvres

et aussi 

 Actuellement Alexei oeuvre à Honfleur, France, en collaboration avec la Galerie du Dauphin.

 … le monde de ses toiles est un monde perdu mais pas oublié, qui vient dans les rêves. 

rav2.jpgParfois un peu grotesque, mais qui invite toujours à revenir. Revenir dans les coins de paradis d’un jardin ombragé où il est naturel aux gens de planer dans l’espace de la lumière d’or. Où le temps s’est arrêté en absence de gravite, où les lois physiques ne s’appliquent pas, où les êtres et les objets sont libres pour s’exprimer. Et si les pommes sont plus lourdes que les corps humains, ce n’est pas étonnant. Car les gens sont guidés par la musique intérieure de l’amour – cet air divin qui remplit les âmes et  les soulève au-dessus de la terre. Cela se passe sans tension, sans nécessité significative et même non au titre de l’innocence – tout est beaucoup plus simple et non accessible. Dans le monde libre de souffrances, il est autant naturel de planer que de respirer. 

Irina Batakova

Ecrivaine, artiste

(Traduit en français par Julie Novik)

Site officiel de l’artiste: http://www.ravski.com/

 

 

 

 

 

Félicitations 12 décembre, 2008

Classé dans : Amis — julienovik @ 17:11

Je suis totalement perdue! J’ai oublié de féliciter sur ce site Vika Trenas, qui a eu son anniversaire le 7 décembre!

C’est une fille vraiment unique sur laquelle il faut prendre exemple… Je ne cesse de m’étonner quelles idées et quelle énergie elle a. Je te souhaite, Vika, d’être sur le côté ensoleillé de la vie et de voir tous tes projets réalisés! et bien sûr aies du bonheur personnel et  de l’harmonie!  et de l’inspiration!

Mes félicitations sont aussi adressées à Seva Garatchka, un autre membre de notre cercle littéraire qui a aujourd’hui son anniversaire! il nous invite tous à Fanipol, une ville près de Minsk , où il habite, ce dimanche.

 

 

 

Impressions sur un stage en France 31 octobre, 2008

Classé dans : Amis — julienovik @ 17:42

A la recherche de la France perdue

Elle est charmante à désespérer. Inoubliable comme Enfance. Elle, la France…

Et même quand on se quitte, on porte sa France toujours avec soi. Et çe soir, le goût de la confiture made in France me rappelle immédiatement ( je vous salue, Monsieur Marcel Proust ! ) mon petit déjeuner à la française dans la cantine du lycée de Saint-Saulge – un village au coeur de la Bourgogne. Le temps a beau s’envoler : grâce à la mémoire la France est retrouvée !

Un stage linguistique de quinze jours ( tout court, quand même ! ) est bien réussi comme un rendez-vous avec la France si ardemment désiré. Et la France éparpille son charisme : des paisibles collines bourguignonnes et des paysages pastorals, des pique-niques en bas d’un château, un Paris blanc et majestieux, un Chambord romanesque, la fête du 14 Juillet en compagnie des Français, des carnavals ruraux et même les cours de grammaire théorique dans la mansarde d’un ancien cloître…

Nous étions nombreux sous le ciel français, nous, étudiants et enseignants, nous, les Biélorusses qui se manifestent accros à ce pays étranger, un peu natal déjà. Aussi nombreux semblent nos voyages intérieurs qu’on accomplit par la mémoire chaque fois quand notre France nous manque. Des voyages si spontanés, si riches et si libres dont les noms sont « impressions » et « souvenirs ».

Le souvenir est une sorte de rencontre, dit le poète.

Donc, la France, rebonjour !

JJJ

La France est un bouquet : bouquet de provinces, bouquet de paysages, bouquet de ciels et de mers, de fleuves et de… Halte-là! Il me semble quelqu’un avait déjà écrit ça… Hum… Recommençons de plus belle! Deuxième prise, s’il vous plaît.

***

On dit non sans raison « jamais deux sans trois ». Tel est mon cas, une histoire de mon triple pèlerinage « hexagonal ». Alors j’étais déjà trois fois en France. Une fois à l’âge de quatorze ans: j’étais une badaude charmée et bouche bée, une fois à seize ans – une bavarde retrouvant sa parole, une fois cet été – une experte en vagabondage munie d’une conscience claire et son bagage philologique.

Alors l’été est passé, les impressions sont devenues effacées, vive la routine! Dis bonjour à l’école, dis bonjour à ta pratique pédagogique, aux enfants et à leurs mises en question perpétuelles: « Bah! Mademoiselle Catherine à quoi bon aller en France ??? » On ne sait jamais qui est l’interlocuteur le plus compliqué un étranger ou un enfant…

A quoi bon, en effet ?

Pour y contempler une belle frénésie des paysages ? – Il y en a. Engager un dialogue culturel ? – Pour sûr. Hanter des beaux esprits ? – Il y en avait en abondance : M. Serini – critique avisé, M. Grosse – amant des Muses, Mme Rabany – une conteuse innée, M. Tristani – un puits de science. Chaque assistance au cours – une initiation sacrée pour nous, les adeptes de la France.

Mais ce qui était le plus important – c’était la possibilité de nous lier dans la communication la plus proche, spontanée et naturelle avec chaque homme de la rue. Un état palpitant quand tu es ouvert pour le monde et le monde te remplir jusqu’au bord en faisant rayonner de tes yeux toute cette francité acquise.

Pour finir je voudrais bien remercier tout le monde grâce à qui ce rêve, ce pèlerinage sacré s’est réalisé cet été, remercier ceux dont grâce aux efforts ce séjour était nourrissant non seulement pour nos esprits, mais aussi pour nos estomacs ( M. Daniel et l’équipe, c’est la pierre dans votre jardin!).photo de Catherine

Alors, ces pérégrinations vertigineuses Minsk – St Saulge – Cosne-sur-Loire – Nevers – Paris – Minsk tiennent la dernière place par leur ordre successif et non par leur portée sur moi et surtout j’espère que cette dernière fois ne sera pas MA dernière fois, ma foi! Et j’aspire mon esprit curieux à de nouvelles pérégrinations. A la une, à la deux, à la trois!

CATHERINE SIDORENKO

JJJ

Il n’y a que deux cas où j’éprouve ce sentiment de consolation, de convalescence, de retour chez moi : premièrement, quand je reviens chez moi après un long voyage, deuxièmement, quand je reviens… en France, même si j’y arrive pour la première fois !

Les yeux perpetuellement grands ouverts, chroniquement éblouie, je refuse des idées reçues — je survis la Fr ance moi-même. Pas à pas, on s’accoutume à ce tas de jamais vus qui submergent. On dirait le fantasme si heureusement matérialisé. De toute façon, on ne me restera que des choses immatérielles : quelques voix un peu étouffées, quelques images demi-effacées, quelques scènes vagues et vaporeuses de ma petite vie d’ailleurs.

… Qui est ce monsieur qui nous invite à une randonnée de huit kilomètres ? En pleine forêt, il nous déclare soudain qu’il ne connaît pas le chemin de retour. Il fait le malin, sans doute, il veut que nous trouvions nous-mêmes la route, et nous réussissons avec brio. Il est notre animateur, Franck Garberoglio. Il est professeur de physique. Il est bouddhiste. Il est bien aimable…

… Qui est cette dame (dont la prononciation me paraît d’abord légèrement anglaise) qui nous raconte l’histoire d’un château d’Anay-le-Vieil, ce petit Carcassonne ? En sa robe de lin et avec de telles manières, elle est une vraie aristo. Elle est comptesse. Elle est dans son domaine. Et son nom… o-la-la, je l’ai déjà oublié. Déjà…

… Et monsieur Jean-Claude Grosse, un metteur en scène très enthousiaste, qui recueille parmi nous du « folklore » biélorusse et nous oblige, en plus, à faire du théâtre toute la journée…

Et nos chauffeurs polonais… Grâce à leur omniprésence, ma tête bouillit d’une coexistence parfaite du polonais, du biélorusse et du français…

Et un saxophoniste super-sympa avec ses blues super-tendres près d’une fontaine pendant nos balades au banlieu de Paris, à Clamard…

Et cette tradition de coller deux bisous à deux joues, quand on nous fait ses adieux, et l’interprétation comme ça : « C’est pour qu’on ne reste jamais seul, mais toujours en couple… » Ca, c’est rassurant.

Et des bonsoirs quotidiens, joviaux et mélodieux, dont je ne me déshabitue qu’avec peine…

Et les volets qui grincent sous le vent…

La France m’a attendue tous ces quinze ans, dès le moment où j’ai prononcé mon premier mot en français, ma langue… fraternelle.

Et c’est de la nostalgie que nous sentons à l’unisson…


EUGENIE JAKOUBOVITCH

 

123
 
 

Amelie Lallement |
BAZAR D'histoires.. |
le club lecture |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Asenflul d uswingem
| princessefaroseskyblog
| Médiatheque Clémence Isaure