Bélarus blog culture et poésie

Bélarus culturel et créatif. Poésie et projets culturels

 

hiéroglyphe chinois 29 juin, 2009

Classé dans : Citations — julienovik @ 15:27

Si on examine le terme « crise » comme un hiéroglyphe chinois, selon les régles de lecture il se divise en deux composantes: danger et opportunité. C’est clair avec les dangers à l’époque de crise et les opportunités, on peut essayer d’en trouver.

 

 

Poètes biélorusses nus 26 juin, 2009

Classé dans : Presse — julienovik @ 15:07

Les hommes littéraires biélorusses ont toujours voulu déshabiller l’un l’autre ou se déshabiller. Le premier à réaliser cette idée a été le rédacteur de l’almanach littéraire et artistique « Caloss’e » Ales Arkush. En 2007 dans son journal intime il a proposé à dix écrivaines biélorusses de se déshabiller pour la galerie de photos dans l’almanach et ainsi sensibiliser l’opinion publique à la poésie et prose biélorusse.Stsyeburaka

L’idée de déshabiller les écrivaines pour promouvoir la littérature a eu de répercussions vives. La plupart des hommes ont appuyé l’opinion d’Arkush mais les défenseurs de droits de femmes l’ont presque baptisé chauviniste. Le temps passait mais l’idée ne disparaissait pas. Enfin deux ans après cette proposition d’Ales Arkush il est apparu le projet commun pour la revue pARTisan en réalisation par les photographes Andrei Chtshukin, Dzyanis Nyadzelski et autres – le calendrier « éternel » d’écrivains biélorusses nus. Pour cette fois ce n’étaient que des hommes. On a nommé le calendrier « La fin des mots », il sera en vente dans les librairies de Bélarus.Anatol Ivachtchanka

« La fin des mots » est à interpréter de différente manière -comme l’épuisement de l’acte de création, la perspective d’un nouveau texte ou une déclaration non-verbale d’un écrivain. «C’est pour cela qu’il y a de la place aux culs nus, et aux textes (en lettres et en images), et à leur contexte général – l’espace où les mots apparaissent dans les têtes ».

 

 

 

Kupalinka 2 juin, 2009

Classé dans : Traductions — julienovik @ 15:57

Chanson biélorusse populaire

-Kupalinka, kupalinka, tu es la nuit sombre.

La nuit sombre, dis-moi donc, où est-elle, sa fille ?

-Le jardin abrite ta fille, elle arrose la fleur,

Elle arrose la fleur, une rose et se pique la chair.

-Elle arrache des fleurs, des fleurs, en fait des couronnes,

Elle fait des couronnes de fleurs, et ses larmes tombent.

 

Traduction Julie Novik

Народная беларуская песня

-Купалiнка, купалiнка, цёмная ночка,

Цёмная ночка, дзе ж твая дочка?

-Мая дочка ў садочку ружу, ружу поле,

Ружу, ружу поле, белы ручкi коле.

Кветачкi рве, кветачкi рве, у вяночкi звiвае,

У вяночкi звiвае, слезкi пралiвае.

 

 

photos soligorsk

Classé dans : Biographie — julienovik @ 8:36

Quelques photos anthropogéniques de ma ville natale Soligorsk, région de Minsk

montagne de selmont de sel1050108610871080110310501086108710801103pict1484.jpg1050108610871080110310501086108710801103pict1488.jpg

 

 
 

Amelie Lallement |
BAZAR D'histoires.. |
le club lecture |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Asenflul d uswingem
| princessefaroseskyblog
| Médiatheque Clémence Isaure