Bélarus blog culture et poésie

Bélarus culturel et créatif. Poésie et projets culturels

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Mardi 13 janvier 2009

Invitation à la poésie 13 janvier, 2009

Classé dans : Agenda des soirées — julienovik @ 10:12

Tout d’abord je m’adresse à tous les Français habitant Minsk ou qui seraient à Minsk le 25 février 2009 pour les inviter dans la Maison d’Amitié (le descriptif de la soirée en tout haut de la page).

Puis j’ai une petite demande: il me faut un volontaire, Français natif qui pourrait corriger ou bien regarder les traductions faites spécialement pour cette date. Et un ou des volontaires Français pour les lireSourire

Обращаюсь ко всем французам и носителям французского языка, которые будут находиться в Минске 25 февраля этого года, чтобы:

1) пригласить на двухязычный французско-белорусский вечер « Франция в сердце Беларуси » (18 00, Дом Дружбы, ул.Захарова 28),

2) найти желающих помочь в красивом прочтении стихов и переводов на французском языке.

 

 

 

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Mardi 13 janvier 2009

Chansons biélorusses en français

Classé dans : Traductions — julienovik @ 10:02

Si vous avez remarqué, j’ai commencé à exposer des textes qui seraient présentés pendant la soirée « La France au coeur du Bélarus », le premier était la traduction du poème de Valyaryna.

Ensuite je vous offre ma traduction d’une chanson biélorusse populaire

« Рушнікі »

 

У суботу Янка ехаў ля ракі.

Пад вярбой Алёна мыла ручнікі.

-Пакажы Алёна броду земляку,

Дзе тут пераехаць на кані раку?

-Адчапіся, хлопец, едзь абы-куды,

Не муці мне толькі чыстае вады.

У маркоце Янка галавой панік,

Упусціла дзеўка беленькі ручнік.

-Янка, мой саколік, памажы хутчэй,

Ой, плыве-знікае ручнічок з вачэй!

-Любая Алёна, я ж вады баюсь,

Пацалуй спачатку, бо я утаплюсь.

Супыніўся гнеды пад вярбой густой,

Цалавала Янку Лена над ракой.

Стала ціха-ціха на ўсёй зямлі…

Па рацэ далёка ручнікі плылі.

 

« Serviettes »

 

Un samedi un Yanka allait prés du fleuve,

Sous le saule Alyona lavait des serviettes.

-Montre-moi, Alyona, où à gué passer,

Où peut-on le fleuve à cheval traverser ?

-Laisse-moi tranquille, pars, va où tu veux

Mais que cette eau pure ne soit pas troublée.

S’est enfuie de la fille une de ses serviettes.

Chagriné, jeune homme a baissé la tête.

-Yanka, mon cher homme, aide-moi au plus vite !

La serviette, elle flotte, de mes yeux se quitte.

-Chère Alyona, sais-tu, l’eau m’effraie, moi.

Tout d’abord embrasse-moi, sinon je me noie.

Le cheval bai s’arrête sous le saule épais.

Au-dessus du fleuve Yanka embrassé.

Le silence total a couvert la terre.

Dans le loin du fleuve les serviettes flottèrent.

© Traduction de Julie Novik, 2008

 

 

 
 

Amelie Lallement |
BAZAR D'histoires.. |
le club lecture |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Asenflul d uswingem
| princessefaroseskyblog
| Médiatheque Clémence Isaure