Bélarus blog culture et poésie

Bélarus culturel et créatif. Poésie et projets culturels

 
  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2009

30 janvier, 2009

Classé dans : Réflexions — julienovik @ 14:43

Je valide l’inscription de ce blog au service Paperblog sous le pseudo valsa »

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2009

Francophonie 23 janvier, 2009

Classé dans : Agenda des soirées — julienovik @ 17:34

Une bonne nouvelle: le projet « La France au coeur du Bélarus » serait inclu dans le programme de la Francophonie qui aura lieu du 10 au 20 mars cette année.

 

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2009

Musams, hobbits… enchères littéraires 15 janvier, 2009

Classé dans : "Faubourg littéraire" — julienovik @ 18:11

Le 14 janvier le « Faubourg littéraire » et son chef Ludmila Rubleuskaya ont organisé une soirée entre le monde sous-terraine et terrestre.. c’est-à-dire on a invité tout le monde venu dans le musée Bogdanovitch, chez les hobbits.

C’était une soirée très musicale et dynamique, plusieurs participants au club littéraire sont venus pour lire des poèmes, jouer des chansons mais aussi proposer aux enchères leurs musams: cadeaux dont on n’a pas besoin. Au début on a distribué à tous les devises: simoulyakryky. Suite à certains devoirs et concours les invités ont su augmenter leur quantité: on a demandé par exemple de dessiner le projet du diplôme pour le prix Blakitny Svin qui sera bientôt délivré. C’est le prix anti-glamour dont j’ai déjà parlé et le vote a aussi eu lieu ce soir.

Donc les objets offerts n’étaient pas très inutiles: une tasse avec l’image de Mirsky zamak par Mikola Kandratau, un tableau d’un peintre inconnu par Tatsyana Pratasevitch, un téléphone mobile (!) un peu problématique avec la charge de batteries par Ragned Malahouski, un calendrier en biélorusse et un disque de musique par Julie Novik, un chat -jouet par Alena Haruk, un agenda qui a les yeux par Vika Trenas, un kit de grenouilles pour le bain par Aksana Spryntchan, un jouet bébé qu’on peut remplir de liquide par Yarash Malisheuski, un outil technique dont je ne rappelle le nom par Seva Garatchrka qui travaille dans une usine, un monument d’aurochs fondu qui ressemble à un zmok (aussi symbole du Faubourg littéraire) par Ludmila Rubleuskaya, un livre, premier exemplaire par Viktar Shnip, un flicker par Alena Alena Belanozka (Magolina)Belanozka… Valyaryna Kustava a offert même sa bague de fiançailles et un dictionnaire sexologique de poche.

Margaryta Alyashkevich a offert ses médailles en équitation et danses (troisième place) pour gagner leMargarita Alyashkevitch deuxième et le premier prix dans l’avenir . Elle a interprété une danse spécialement pour cette soirée, et réjoui tout le monde.

Chaque interprétateur a accompagné son objet par une histoire amusante.Alzbeta

Yuras Neratok et son ami Mikalai Trusau ont joué à deux guitares… Ales Kamotski a présenté ses nouvelles chansons et l’Etoile de Vénus immortelle.. Yury Nestsarenka a animé la fin de la soirée avec ses mélodies.. Yarash aussi a eu l’occasion de jouer des chansons à la guitare, surtout sur les mots de Ludmila Rubleuskaya.

Mais le momant le plus émouvant et passionnant de la soirée c’étaient bien sûr les enchères. Les gens ont pu échangé des devises et s’acquiérir de jolis objets. Le plus de problèmes a été suscité par la lutte pour avoir la bague et le dictionnaire,Ales Kamotski entouré d'objets musams qui s’est développé entre le collaborateur du musée soutenu par le directeur et Alena Belanozka qui va bientôt fêter son anniversaire. Ils ont ramassé 25 simoulyakrykau chacun, puis on a voté, puis un des invités a décidé la dispute en faveur d’Alena mais le conflit était dur…

En général tout est bien passé et on attend la soirée 2010 pour récupérer des objets…

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2009

men

Classé dans : Réflexions — julienovik @ 15:15

MEN–espèce MENacée (soufflé par allsubmitter)

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2009

collection de blagues

Classé dans : Insolite — julienovik @ 15:09

Une petite collection de blagues russes pour comprendre la mentalité. Source : http://bash.org.ru/

Захожу давеча к соседке, у нее на полке стоит баночка аптечная, надпись напечатана: « спирт этиловый 96% » и ручкой большими буквами дописано « смесь успокаивающая ».
- Даа, клинический случай… – подумал я, как и все входящие в комнату :)

Je viens récemment chez ma voisine, et vois sur son étagère un bocal de pharmacie, avec une enseigne imprimée: « alcool éthylique  96% » et une enseigne écrite avec un stylo en grandes lettres: « mélange sédatif »

-Ben, un cas clinique.. j’ai pensé, comme tous qui entrent la pièce :)

 

Сегодня стою на остановке, летит машина как скорая помощь, с мигалками на красный. Проезжает мимо, на борту надпись: Снятие похмельного синдрома на дому.
Россия…

Aujourd’hui j’attends le transport dans un arrêt, une voiture  court vite, telle une urgence, avec des clignotants, au feu rouge. Elle passe et on voit une enseigne sur le bord: « On guérit le syndrome de mal aux cheveux à domicile.

Russie…

Москва не уродует людей. Она просто позволяет им раскрыться.

Moscou n’estropie pas les gens. Elle ne fait que leur permettre de s’ouvrir.
Я вот думаю… Нужно будет специально для прохода через рынок майку купить белую, а спереди большими чОрными буквами написать – « Нет, спасибо, не надо! »

J’ai une idée.. Pour passer à travers le marché il faut acheter un maillot blanc et écrire en grosses lettrs noires : « Non, merci, je n’en a pas besoin! »

Много-много денег заработает человек, который изобретет самовыбрасывающуюся новогоднюю елку…

Une personne qui inventera un sapin de Noel  autojettable, gagnerait beaucoup d’argent…

Получили ответ от тех. поддержки китайской компании huawei, одна из строк – « Китайское электричество до конца не изучено… »

On a reçu la réponse du service technique de la compagnie chinoise  huawei, en voilà une phrase: « L’électricité chinoise n’est pas étudiée jusqu’à la fin.. »

когда ем, я глух и нем, но ето печатать не мешает. странно.

quand je mange  je suis sourd et muet, pourtant cela n’empêche pas de taper..

xxx: меня на работе используют в качестве бумажного носителя…
xxx: то им одну бумажку принеси то другую

Au travail on m’exploite en tant que support papier:

pour apporter un papier, puis un autre..

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2009

temps

Classé dans : Réflexions — julienovik @ 14:24

Je prends mon temps. Je perds mon temps.

Et toi, tu es toujours lointain…

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2009

On a bien fêté! 14 janvier, 2009

Classé dans : Evénements — julienovik @ 12:49

Les coccinelles ont été présentes et nombreuses à la fête de Nouvel an à la biélorusse (An de Coccinelle) dans le musée Bogdanovitch.

10501086108710801103pict0943.jpgLes interprétateurs: Aksana Spyntchan en costume à la coccinelle et Alena Masla, écrivaine de contes, en costume d’une coccinelle noire.

Valyaryna Kustava a rappelé que les invités ont dû écrire des poèmes portant sur les coccinelles spécialement pour cette soirée mais ce n’était pas toujours comme ça: il y avait ceux qui ont trouvé des coccinelles dans leurs oeuvres anciennes. Par exemple Viktar Ship et Ludmila Rubleuskaya. Viktar a lu toute une série de poèmes où il a comparé une coccinelle aux gouttes de sang et la pleine lune au-dessus de Minsk–avec une coccinelle énorme. Il a rappelé son cadeau: bague avec une cocinnelle qu’il a offerte à Ludmila il y a 22 ans, c’est leur fille qui la porte aujourd’hui. Ludmila Rubleuskaya a évoqué un poème « L’anniversaire d’une route », une sorte d’épitaphe à une cocinelle (poétiquement cela sonne « гасне кароўка божая пад колам, нібы сляза » — « la coccinelle s’éteint sous la roue, comme une larme »). Ludmila a également apporté Ragneda Kryshtalyk, simoulyakr du « Faubourg littéraire » sous forme d’un parapluie rose avec des taches noires (pour ressembler à une coccinelle).Kustava,

La collectionneur de coccinelles(objets) Miraslava Navish a présenté un poème sous l’accompagnement musical.

Le barde Zmitser Sidarovitch a joué une brève chanson érotique où la coccinelle est apparue une fois dans une ligne.

Après cette démarche Mikola Shabovitch n’a pas hésité de faire strip-teaser Aksana Spryntchan en racontant son poème spécialement créé.

Yarash Malisheuski a interprété une chanson sur les coccinelles.

Alena et Aksana ont annoncé plusieurs faits curieux sur la vie des coccinelles (par exemple autrefois quand il n’avait pas eu de médicaments, on les utilisait pour soigner des trous dans les dents).

On a offert aux invités des friandises, cadeau de coccinelles. Personne n’est restée indifférente.

 

 

 

 

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2009

Invitation à la poésie 13 janvier, 2009

Classé dans : Agenda des soirées — julienovik @ 10:12

Tout d’abord je m’adresse à tous les Français habitant Minsk ou qui seraient à Minsk le 25 février 2009 pour les inviter dans la Maison d’Amitié (le descriptif de la soirée en tout haut de la page).

Puis j’ai une petite demande: il me faut un volontaire, Français natif qui pourrait corriger ou bien regarder les traductions faites spécialement pour cette date. Et un ou des volontaires Français pour les lireSourire

Обращаюсь ко всем французам и носителям французского языка, которые будут находиться в Минске 25 февраля этого года, чтобы:

1) пригласить на двухязычный французско-белорусский вечер « Франция в сердце Беларуси » (18 00, Дом Дружбы, ул.Захарова 28),

2) найти желающих помочь в красивом прочтении стихов и переводов на французском языке.

 

 

 

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2009

Chansons biélorusses en français

Classé dans : Traductions — julienovik @ 10:02

Si vous avez remarqué, j’ai commencé à exposer des textes qui seraient présentés pendant la soirée « La France au coeur du Bélarus », le premier était la traduction du poème de Valyaryna.

Ensuite je vous offre ma traduction d’une chanson biélorusse populaire

« Рушнікі »

 

У суботу Янка ехаў ля ракі.

Пад вярбой Алёна мыла ручнікі.

-Пакажы Алёна броду земляку,

Дзе тут пераехаць на кані раку?

-Адчапіся, хлопец, едзь абы-куды,

Не муці мне толькі чыстае вады.

У маркоце Янка галавой панік,

Упусціла дзеўка беленькі ручнік.

-Янка, мой саколік, памажы хутчэй,

Ой, плыве-знікае ручнічок з вачэй!

-Любая Алёна, я ж вады баюсь,

Пацалуй спачатку, бо я утаплюсь.

Супыніўся гнеды пад вярбой густой,

Цалавала Янку Лена над ракой.

Стала ціха-ціха на ўсёй зямлі…

Па рацэ далёка ручнікі плылі.

 

« Serviettes »

 

Un samedi un Yanka allait prés du fleuve,

Sous le saule Alyona lavait des serviettes.

-Montre-moi, Alyona, où à gué passer,

Où peut-on le fleuve à cheval traverser ?

-Laisse-moi tranquille, pars, va où tu veux

Mais que cette eau pure ne soit pas troublée.

S’est enfuie de la fille une de ses serviettes.

Chagriné, jeune homme a baissé la tête.

-Yanka, mon cher homme, aide-moi au plus vite !

La serviette, elle flotte, de mes yeux se quitte.

-Chère Alyona, sais-tu, l’eau m’effraie, moi.

Tout d’abord embrasse-moi, sinon je me noie.

Le cheval bai s’arrête sous le saule épais.

Au-dessus du fleuve Yanka embrassé.

Le silence total a couvert la terre.

Dans le loin du fleuve les serviettes flottèrent.

© Traduction de Julie Novik, 2008

 

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2009

TOURBILLON DE MOUCHES poème biélorusse traduite en français 12 janvier, 2009

Classé dans : Traductions — julienovik @ 14:02

Валерыя Кустава (Валярына)

TOURBILLON DE MOUCHES*

Нябёсная гара. І мы па ёй імкнем…
Ты за руку мяне трымаеш моцна, дружа.
Хоць ты і сябар мне, ды мы з табой засьнем
не па-сяброўску, не, не па-сяброўску дужа —
спляценьнем стомных цел у паяднаньні душаў.

Дыханьне мітусіцца й голас твой дрыжыць —
ты страчваеш сябе, дзівосны парыжанін,
і… набываеш нас. О, як пякельна жыць!
О, як цудоўна жыць, свой скарыстаўшы шанец!..
І сьніць, і сьніць, і сьніць… як падае ружанец —

бы знак тваіх самот — з-пад рызы, з-пад крыжа,
якія б так табе да твару пасавалі,
калі б ты быў сьвятар…
Ды тут жыве душа.
Мы ў храме абразоў абраз не цалавалі –
адно да аднаго ў абдымкі цені ўпалі…

Французскі, як шантан, і стомлены, як шык,
і, як ніколі шчэ, развольны, раскаваны…
З грудзей тваіх узьнік шалёны жарсны р-р-рык —
самотны, як абсэнт, жаданы, як нірвана.
Ён сьцішыўся, калі прамовіў ты: “Кахана..”

* Назва верша Гіёма Апалінэра “Вір сэрцаў” (пераклад аўтарскі).

 

J’ai essayé de traduire ce poème en français:

 

On monte en coup de vent

Le mont de Montparnasse.

Tu me tiens par la main.

Tu es ami, hélas

On va dormir ensemble-

Non, point comme des amis-

Les corps entrelacés,

Les âmes en harmonie.

Haleine confuse et voix tremblant-

Et tu te perds, un Parisien charmant

Pour… nous gagner.

Oh, la chaleur de vie !

Oh le bonheur de vivre, si la chance saisie !

Et si on rêve, rêve, rêve..

Symbole de ton chagrin,

Ton chapelet tombé de dessous

De la chasuble, de la croix

Qui t’iraient à merveille

Si tu étais curé…

Mais là c’est l’âme qui vit.

Dans l’endroit sacré

Icônes ignorées-

Nos ombres noyées tombées étreintes.

Français comme une chanson

Et fatigué de chic

Et comme jamais avant

Profond et détendu…

Un rugissement parût

Venu de fonds de toi,

Voulu comme nirvana,

Au triste goût d’absinthe…

Il s’appaisa : tu prononças « Amour… »

© Traduction de Julie Novik, 2008

 

 

12
 
 

Amelie Lallement |
BAZAR D'histoires.. |
le club lecture |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Asenflul d uswingem
| princessefaroseskyblog
| Médiatheque Clémence Isaure