Bélarus blog culture et poésie

Bélarus culturel et créatif. Poésie et projets culturels

 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2008

Essayer de comprendre 5 décembre, 2008

Classé dans : Réflexions — julienovik @ 14:12

Un jour je vais écrire un livre (ou bien un récit, en fonction de l’âge et de la patience) intitulé « Essayer de comprendre » sur une histoire qui pourrait être une histoire d’amour mais devenue une suite de poèmes de rue…

 

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2008

Beigbeder : les citations 4 décembre, 2008

Classé dans : Citations — julienovik @ 16:45

Je continue à citer Beigbeder pas pour vous emmerder mais pour marquer une étape de la lecture. Elles ne sont pas si mauvaises, quand même, ces citations.

« L’amour consiste à inventer la personne qu’on aime avant même de la connaître »

« La musique c’est de la magie qui pleure »

 

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2008

Réflexions de rue: carrefour

Classé dans : Réflexions — julienovik @ 16:41

Le carrefour se ressemble à un trou noir: il se nourrit de préoccupations humaines, de leur matinée non réveillée, de leur faiblesses. Si on reste plus qu’il faut, on est perdu. On perd la capacité de bouger, de décider où aller. Le carrefour et la foule s’emparent de la pensée.

On dit: le carrefour d’idées, d’info… Mais le vrai carrefour s’en fout de vos idées et de l’utilité que vous pourriez apporter au monde. Il est infini donc invincible. Un entonnoir où le temps se fige.

Tel est le métro: on a toujours le désir d’attraper le train. Mais chacun a son train à rater.

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2008

Poèmes de rue: cycle continue

Classé dans : Poésie — julienovik @ 16:36

Чорныя фігуркі зліваюцца ў адну. Des silhouettes noires se réunissent en une.

Раніца. Matin.

Чорныя вочы ўсміхаюцца за спінай. Les yeux noirs sourient derrière mon dos.

Дзень. Jour.
Агні падзялілі натоўп. Les feux ont divisé la foule.
Вечар. Soir.
Ночы няма.  La nuit, il n’y en a pas.

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2008

Les yeux: mon premier vers en français 3 décembre, 2008

Classé dans : Poésie — julienovik @ 17:42

Les yeux

La folie qui allume tes yeux—

J’en ai peur.

Un éclair immobile dans tes yeux—

La douleur.

La colère a bouilli dans tes yeux—

Quelle horreur.

Et la nuit qui embrase tes yeux,

Serre le coeur.

 

Les éclats des étoiles dans tes yeux—

A ras de bords.

Le soleil s’est perdu dans tes yeux—

Il y dort.

Il fait chaud dans le fond de tes yeux—

C’est de l’or.

L’espoir d’un enfant dans tes yeux

Fend le corps.

 

Hors du temps, des raisons, des frontières

Ils regardent.

Doux comme l’eau, ils sont durs comme des pierres—

Prenez garde.

Ils révèlent des ondes dans l’air—

Je m’attarde.

Ils réflètent la vie à l’envers—

Je me hasarde.

 

Envahie par tes yeux, par ton âme,

Je balance dans l’amour, sur une lame.

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2008

un poème naif et vieux on dirait une chansonnette

Classé dans : Poésie — julienovik @ 17:40

Je souris à ceux qui rient

Je me cache de ceux qui lachent

Mais la vie est monotone

Sur un vieux tapis d’automne.

 

Puis je roule dans une foule

Il s’avère que c’est une mer

Mais la vie est monotone

Sur un vieux tapis d’automne.

 

Je me jette à la fourchette

Je m’inscris aux librairies

Mais la vie est monotone

Sur un vieux tapis d’automne.

 

Puis je chasse le temps qui passe

Je maquille les yeux qui brillent

Pour une danse non monotone

Sur un vieux tapis d’automne.

 

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2008

contester Evene 2 décembre, 2008

Classé dans : Critique livres — julienovik @ 12:26

Lu les critiques et les avis sur le site d’Evene, surtout concernant Beigbeder et Anna Gavalda. En désespoir que mon opinion sur Egoiste romantique est loin d’être le même, on dirait le contraire. Je sais pas pourquoi, peut-être c’est que ma pensée laisse des moments trop chiants de ce livre pour capter de belles tournures et des réflexions qui me sont proches.
Les citations du jour:

« Il n’y a rien de plus laid qu’un homme qui se trouve beau »

« Nous sommes fous d’éterniser les sentiments: ils sont aussi passagers que nous ».

« … elle me serre la main avec une politesse que je prend pour une possiblilité »

Je n’ai pas fini la lecture. Si on ne fait bcp attention à une multitude de noms et de réalités qui me sont inconnues, ça peut aller. Même si les confessions et l’attitude aux femmes sont parfois agaçantes, je lis avec plaisir. Et vous?

M.Beigbeder ne lirait jamais ce blog et si même on admet le contraire, il ne laisserait pas de commentaires, je pense. Mais en tout cas je continue à explorer ses oeuvres.

 

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2008

Crise financière et la culture 1 décembre, 2008

Classé dans : Réflexions — julienovik @ 17:26

Lors du travail et dans la vie quotidienne je me suis persuadée que le mot le plus souvent utilisé actuellement c’est la crise financière. Elle est la cause de tous les malheurs existants et fantasmés, il semble.  Donc j’ai eu l’idée d’établir un lien entre la culture et la crise.

On peut supposer que l’intérêt aux livres et la lecture reviendra vue le désir de réduire les dépenses personnelles. J’imagine la situation quand les familles entières se précipitent dans les bibliothéques. Mais en France il existe des prêts payants, comme je me rappelle? Au Bélarus on peut s’en passer.

D’autre côté l’angoisse totale ne conduit obligatoirement à lire des contes avec une fin heureuse.  Les gens licenciés ou occupés par les chutes à la bourse oublieraient à longtemps des distractions culturelles tels que le théâtre et la lecture par exemple.

Certes, la crise est une grave chose, qui détruit des belles pensées et de bonnes traditions (des cadeaux à tout le monde par exemple). Dans le prochain avenir, si tout se passe bien et le monde se débrouillera tout seul, sans l’aide extra-terrestre, on verra projeter des milliers de films tragiques sur les ménages et les solitaires qui n’ont pas su survivre la crise. Je prédis l’apparition de toute une génération littéraire: après la guerre, pardon, après la crise.

Soyons patients et sages.

 

123
 
 

Amelie Lallement |
BAZAR D'histoires.. |
le club lecture |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Asenflul d uswingem
| princessefaroseskyblog
| Médiatheque Clémence Isaure