Bélarus blog culture et poésie

Bélarus culturel et créatif. Poésie et projets culturels

 

Prix anti-glamour 11 novembre, 2008

Classé dans : "Faubourg littéraire" — julienovik @ 14:48

café LondonUn des événements devenus traditionnels dans le Faubourg littéraire est la remise du prix anti-glamour Blakitny Svin. Ce prix est décerné aux littérateurs qui sont actifs, ont une position unique bien développée et ne sont point conformistes et expriment leurs opinions et la créativité de manière indépendante et insolite. Le prix est remis chaque année au printemps, dans un café London sur l’avenue principale de Minsk.

 

La première à l’avoir a été la fameuse Aksana Spryntchan dont l’énergie et la créativité sont hors concurrence. Elle a toujours animé des manifestations culturelles les plus éminentes et même après la naissance de sa fille a reapparu très vite sur la scène. Son mari, barde et historien Jarash Malisheuski l’accompagne et soutient dans ces idées. Un tandem unique familial. La petite Aljbeta va les suivre sûrement.

La deuxième remise du prix a vu les voix se partager entre Viktar Yvanoy et Vika Trenas. Le premier d’ailleurs n’est pas arrivé ce qui ne le délivre pas de la récompense: une partie de 100 petites bougies (Aksana a reçu 100 crayons taillés manuellement). Viktar Yvanoy n’existe plus aujourd’hui sous ce nom, il s’appelle maintenant Viktar Loupassine
et a organisé un groupe avec son ami pour chanter ses poèmes de sa propre voix à un large diapason. Quand on le voit on le remarque tout de suite, il est trop différent. Ses expériences avec la forme littéraire est bien connue mais c’est aussi sa manière d’interprétation qui choque parfois. Le personnage principal du prix Blakitny Svin est un cochon bleu, un des héros virtuel de la communauté. On lui a inventé toute la vie avec des histoires d’amour et des poésies même. Il est de couleur bleue car il est d’origine noble. Il a sa passion à qui il tâche de se confier grâce aux poèmes…

Son image sur le certificat à délivrer c’est un signe similaire au smyle (=) qui d’une part rappelle que c’est un cochon (Svin), d’autre part est proche à la prise de courant mais dans ce cas-là c’est pas le courant qui court mais l’énergie et l’inspiration venue de l’espace spatial.

 

Commenter

 
 

Amelie Lallement |
BAZAR D'histoires.. |
le club lecture |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Asenflul d uswingem
| princessefaroseskyblog
| Médiatheque Clémence Isaure